•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario fournit des détails sur le lancement de son passeport vaccinal

Une femme présente son téléphone cellulaire à un homme devant la porte d'un commerce.

Les bars et les restaurants font partie des lieux qui devront vérifier le statut vaccinal des clients à l'entrée, comme c'est le cas ici en Colombie-Britannique, où le passeport vaccinal est entré en vigueur le 13 septembre.

Photo : Radio-Canada

La province a défini mardi les contours de la mise en place de son passeport vaccinal, qui entrera en vigueur le 22 septembre.

Dans sa stratégie du dernier kilomètre, qui vise à atteindre 90 % de vaccination chez la population admissible, le gouvernement ontarien a précisé ce à quoi la population doit s'attendre au regard de l'accès à une sélection d'activités non essentielles.

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste de la province, et Kaleed Rasheed, ministre associé de l’Action pour un gouvernement numérique, se sont exprimés sur le sujet en début d'après-midi.

Le passeport vaccinal sera composé, du 22 septembre au 22 octobre, d'une preuve de vaccination complète et d'une pièce d'identité qui seront demandés à l'entrée de lieux tels que les bars, les restaurants, les cinémas et les installations sportives intérieures.

Les personnes que l'Ontario considère comme ayant une vaccination complète :

  • Celles qui ont reçu une série complète des vaccins reconnus par Santé Canada (AstraZeneca, Pfizer, Moderna et, dernièrement, Johnson & Johnson) ou une combinaison de ceux-ci;
  • Celles qui ont reçu une ou deux doses d'un vaccin non autorisé suivi d'une dose de vaccin à ARNm autorisé;
  • Celles qui ont reçu trois doses d'un vaccin non autorisé.

Les entreprises et les lieux concernés devront vérifier le document présenté (un récépissé de vaccination complète de l'Ontario, d'une autre compétence ou d'un fournisseur de soins de santé autochtone), le comparer avec une pièce d'identité du client ou du visiteur, et s'assurer que celui-ci a été entièrement vacciné depuis au moins 14 jours.

Si des personnes ou des entreprises ne se conforment pas à ces exigences, elles pourront être accusées ou condamnées à une amende, selon le gouvernement.

Des exemptions prévues

Cependant, des exemptions seront aussi en place, dont les suivantes :

  • Entrée d'un client dans une zone intérieure uniquement pour utiliser les toilettes, payer une commande ou accéder à une zone extérieure qui n'est accessible que par une voie intérieure;
  • Entrée d'un client dans une zone intérieure pour passer ou récupérer une commande (y compris pour engager un pari ou récupérer des gains sur un hippodrome), pour acheter une entrée, pour effectuer un achat au détail et pour les raisons nécessaires de santé et de sécurité;
  • Enfants de moins de 12 ans;
  • Clients de moins de 18 ans qui pénètrent dans les locaux intérieurs d'une installation récréative uniquement dans le but de participer activement à un sport organisé;
  • Mariages, funérailles, rites ou cérémonies, lorsque le client n'assiste pas à la réunion sociale qui leur est associée (par exemple, la réception après une cérémonie de mariage);
  • Clients munis d'un document écrit d'un médecin ou d'une infirmière attestant qu'ils sont exemptés pour des raisons médicales.

Sur ce dernier point, le Dr Kieran Moore a indiqué lors de la même conférence de presse que les exemptions médicales seront standardisées.

Lors d'une séance d'information technique ouverte à la presse avant l'annonce, un responsable du ministère de la Santé a déclaré sur cet aspect que la fraude est une possibilité.

S'il y a abus de la part des professionnels, il peut y avoir une discipline professionnelle pour eux. S'il y a fraude [d'un usager], il y aura un processus par le biais de la loi sur la réouverture de l'Ontario pour y faire face, a prévenu le Dr Moore.

Le gouvernement travaille à l'application de vérification par code QR

Dans le même point de presse, le ministre Kaleed Rasheed a déclaré que l'application ontarienne de vérification par code QR était en cours de développement. Elle doit être utilisable à partir du 22 octobre.

Une employée tient une tablette électronique pour scanner un code QR sur le téléphone d'une cliente.

Les informations vaccinales des usagers seront présentables par un code QR accessible sur une application développée par l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Cette application mobile permettra d'accélérer et de faciliter les contrôles de manière sécuritaire, a-t-il expliqué, alors que la méthode précédente pourra toujours être utilisée.

Il a assuré que certains des développeurs les plus talentueux travaillent à l'élaboration de cet outil, en collaboration avec des acteurs privés et d'autres compétences.

Vos informations ne seront jamais stockées sur notre application, elle n'affichera que le minimum d'informations nécessaires pour confirmer qu'un individu a été complètement vacciné.

Une citation de :Kaleed Rasheed, ministre associé de l’Action pour un gouvernement numérique

Les agents chargés de l'application des règlements s'assureront que les entreprises se conforment aux exigences, a suivi la ministre de la Santé, Christine Elliott.

Ainsi, toute personne dans une entreprise qui se sent menacée à l'entrée doit appeler le 911, a-t-elle déclaré.

Nous voulons nous assurer que tout le monde se conforme à ces règles, mais si quelqu'un se sent menacé, nous avons les ressources disponibles pour que les gens demandent de l'aide, a-t-elle déclaré, précisant qu'elle ne prévoit pas que la demande sera énorme.

Découvrez le document provincial qui présente les détails complets :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !