•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’offre de soins dénoncée dans un foyer de soins à Edmundston

L'entrée du foyer de soins Les Résidences Jodin, à Edmundston.

Pour le syndicat, la crise du manque de personnel dans les foyers de soins est un enjeu provincial (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il est temps de sonner l’alarme, croit le syndicat représentant les travailleurs du foyer de soins Les Résidences Jodin à Edmundston. Selon le syndicat, la direction de l’établissement ne respecte pas les normes concernant le minimum d’heures de soins administrés aux patients.

Dans un communiqué de presse, la préposée aux soins et présidente de l'unité syndicale qui représente les employés de cet établissement, Chantal Montreuil, réclame qu’une enquête indépendante soit menée. Selon elle, des infractions à la Loi sur les foyers de soins ont été signalées.

Jour après jour, la direction des Résidences Jodin manque sérieusement à son obligation à fournir les 2,89 heures de soins directs quotidiens pour chaque résident. On manque tellement de bras, que la moyenne d’heures de soins directs par résidents est plus près de 1,8 heure par jour, explique Chantal Montreuil.

C’est inacceptable et c’est honteux.

Une citation de :Chantal Montreuil, présidente de la section locale 5108 du SCFP

Le vice-président du syndicat et préposé aux soins, Jason St. Onge, raconte que seulement deux travailleurs étaient en poste pour prodiguer des soins à 30 résidents, la fin de semaine dernière. C’est du jamais vu. En temps normal, il faut au moins cinq travailleurs pour arriver à fournir le strict minimum.

Jason St. Onge déplore le fait que ce sont les personnes âgées vulnérables qui paient le prix du manque de personnel. Ils doivent attendre plus longtemps pour recevoir des soins de base comme de l’aide pour aller aux toilettes ou pour recevoir leurs repas.

Jason St. Onge, vice-président section locale 5108 du Syndicat canadien de la fonction publique.

Jason St. Onge, vice-président de la section locale 5108 du Syndicat canadien de la fonction publique au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Un problème provincial

Pour le syndicat, il ne s’agit pas d’une situation particulière au foyer de soins Les Résidences Jodin.

Les enjeux entourant la pénurie de personnel et le temps de réponse trop long pour répondre aux besoins de base sont des problématiques bien présentes dans des foyers de soins partout dans la province.

Le syndicat souhaiterait qu’une enquête indépendante plus large soit faite auprès de tous les foyers de soins de la province.

L’élastique est étiré au maximum dans les foyers de soins et l’élastique est sur le point de rompre carrément.

Une citation de :Jason St. Onge, vice-président de la section locale 5108 du SCFP

Le syndicat demande également qu'on se penche sur le travail des inspecteurs du ministère du Développement social. Selon lui, des inspections surprises doivent être faites pour que le ministère se rende compte du manque criant de personnel.

Il croit que la direction des Résidences Jodin cache l'ampleur du problème en faisant travailler plus d’employés le jour même de la visite des inspecteurs.

De son côté, la directrice générale des Résidences Jodin, Amélie Deschênes, indique ne pas encore avoir reçu de plainte officielle du SCFP.

Elle ne veut donc pas commenter le dossier pour le moment, mais affirme que le foyer de soins suit les normes provinciales et que la sécurité et le mieux-être des résidents sont des priorités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !