•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas besoin du Bloc québécois pour défendre les intérêts des Acadiens, dit la SANB

Plan rapproché d'Yves-François Blanchet

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet

Photo : Radio-Canada / Justin Tang

Le Bloc québécois comptait traverser les frontières du Québec le temps d’une visite à Caraquet, afin de rencontrer des membres de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), mardi. Cette rencontre a toutefois été annulée à la dernière minute.

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet affirme que la SANB a fait dérailler ce rendez-vous à la suite de pressions de la part d'élus acadiens, ce que nie l'organisme.

Dans une déclaration écrite, la SANB assure ne pas avoir besoin du Bloc pour défendre ses intérêts à Ottawa.

Visite annulée à la dernière minute

Il y avait une rencontre de confirmée avec Alexandre Cédric-Doucet [le président de la SANB], qui avait été aussi cautionnée par la direction de l’association qu’il représente, a indiqué le chef du Bloc québécois, de passage aux Îles-de-la-Madeleine, mardi.

Et le conseil d’administration a exercé des pressions pour l’obliger à annuler une rencontre qui était bel et bien confirmée, ajoute Yves-François Blanchet. Il laisse entendre que cette rencontre avait motivé son détour au Nouveau-Brunswick.

Ces gens-là ont eu une seule voix à la Chambre des communes, et ça a été le Bloc québécois. J'avais bien envie d’aller en parler avec les Acadiens qui sont au Nouveau-Brunswick.

Une citation de :Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Je n’aurais pas booké un avion pour le fun, lance le chef.

Yves-François Blanchet indique qu'il aurait aimé venir dans la Péninsule acadienne pour défendre son bilan sur les enjeux des communautés francophones.

Yves-François Blanchet accompagné d'un candidat lors d'une visite aux Îles-de-la-Madeleine.

Yves-François Blanchet devait aller à Caraquet dans la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick, mercredi.

Photo : Radio-Canada

Le Bloc québécois présent que la SANB a annulé cette rencontre parce qu'elle a cédé sous la pression d'élus acadiens. [Je me demande] s’il y a des députés qui n’ont pas trouvé sympathique que l’association des Acadiens reçoive le chef du Bloc québécois. Moi, je ne sais pas, je ne suis pas là.

Le Bloc québécois se défend donc d'avoir rayé cette rencontre de son agenda. Je n'ai pas annulé ma visite, on me dit : "Non!, on ne te rencontrera pas".

J’avais bel et bien intention d'aller rencontrer les gens de l’Acadie, pour lesquels j'ai une affection particulière, a-t-il ajouté.

L’Acadie n’a pas besoin du Bloc, répond la SANB

Alexandre Cédric Doucet.

Alexandre Cédric Doucet, président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick

Photo : Zoom

La SANB confirme que cette rencontre était bel et bien prévue, mais nie qu'elle a été annulée à la suite de pressions de députés acadiens. Cette version des faits est simplement fausse, indique l’organisme acadien dans un communiqué de presse.

L'organisme admet toutefois que des discussions ont eu lieu à ce sujet, mais que cela n'a pas eu d'impact sur la décision d'annuler la rencontre.

La décision est celle de la présidence et de son C.A., explique le porte-parole des communications de la SANB, Éric Dow.

De plus, la SANB dénonce l'affirmation du Bloc québécois voulant qu'il soit la voix des Acadiens à la Chambre des communes.

Cette affirmation souligne parfaitement la principale raison pour laquelle la SANB a choisi de ne pas rencontrer le Bloc. Malgré les propos de M. Blanchet, le Bloc n’est pas et ne doit pas être la voix des Acadiens à Ottawa. Seulement les Acadiennes et les Acadiens peuvent parler au nom de l’Acadie, indique l’organisme dans un communiqué.

 L’Acadie n’a pas besoin du Bloc pour se faire entendre au Parlement du Canada.

Une citation de :Alexandre Cédric Doucet, président de la SANB

Le président de la SANB souligne également que le Bloc québécois dit être à la défense des Acadiens alors qu’il ne présente aucun candidat à l’extérieur des frontières québécoises.

[Cela] représente un manque de respect envers les élus et leaders issus de notre communauté qui travaillent d’arrache-pied pour faire avancer nos collectivités , selon la SANB.

Le maire de Caraquet s’est plaint à la SANB

Bernard Thériault.

Bernard Thériault, maire de Caraquet

Photo : Radio-Canada / René Landry

Le maire de Caraquet, Bernard Thériault, dit avoir eu vent dès dimanche qu’une rencontre était prévue entre la SANB et le Bloc québécois.

Le maire ne cache pas son malaise et dénonce que la SANB ait envisagé une rencontre avec une formation politique souverainiste et qui ne présente pas de candidat en Acadie. C’est très loin de la volonté des membres de la SANB.

Il avoue avoir fait part de son malaise à la direction de l'organisme. Je n’ai pas nécessairement fait pression, mais j’ai donné clairement mon opinion.

La question n’est pas : est-ce que Blanchet devait venir ici? La question est : que fait la SANB au milieu d’une campagne électorale avec un parti qui n’a pas de candidat au Nouveau-Brunswick? [...] Ils l’ont réalisé parce qu’ils ont annulé leur implication.

Il y a une ligne qui, je pense, ne devait pas être dépassée, et elle l’a été.

Une citation de :Bernard Thériault, maire de Caraquet

Concernant les politiques du Bloc québécois, le maire de Caraquet, ancien ministre libéral provincial, dit s’en méfier. Il juge que la formation politique n’a pas toujours défendu les intérêts acadiens au cours de son histoire. Je devine que la grande majorité des Acadiens du Nouveau-Brunswick ne sont pas souverainistes.

Cependant, il reconnaît que la formation politique défend des questions d’ordre social et linguistique, et peut être d’un grand appui.

Décevant, selon un militant acadien

Un homme regarde la caméra.

Jean-Marie Nadeau, essayiste et militant acadien

Photo : Radio-Canada / Francis Pilon

L’annulation de la venue du chef bloquiste à Caraquet est un rendez-vous manqué, selon Jean-Marie Nadeau, auteur du livre Québec-Acadie, fini le niaisage et militant qui revendique un meilleur rapprochement entre les peuples acadien et québécois.

Souvent, on reproche aux Québécois de ne pas s’intéresser à nous [...] alors je pense que ça aurait été une bonne occasion.

Une citation de :Jean-Marie Nadeau, militant acadien

Selon lui, même si le Bloc québécois est officiellement en faveur de l’indépendance du Québec, il s’est souvent présenté en allié de l’Acadie, en particulier sur les questions de langues officielles, d'environnement et d’assurance-emploi.

La peur des souverainistes fait partie du portrait, mais c’est un peu réducteur, surtout en 2021.

Le Bloc québécois n’est pas à blâmer dans cette histoire, selon Jean-Marie Nadeau. Si tu as rendez-vous avec quelqu’un et qu’une des parties ne se présente pas, je pense que la personne invitée est justifiée de ne pas se présenter.

Avec les informations de Nicolas Steinbach et Sébastien Desrosiers

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !