•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annule les coupes forestières le long de la rivière Péribonka

La rivière est entourée d'arbres et de montagnes.

La rivière Péribonka

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement du Québec fait marche arrière et annule les coupes forestières qui devaient avoir lieu le long de la rivière Péribonka, au nord du lac Saint-Jean.

Dans un communiqué, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et celui des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFPP) confirment que les coupes n’auront pas lieu cette année.

Québec entend discuter avec les intervenants régionaux pour décider quelles portions de territoire devront être préservées.

L'annonce d'aujourd'hui nous donne l'occasion de faire le point sur l'utilisation de notre forêt dans cette magnifique région, tant pour la foresterie que pour les autres activités de villégiature et les activités récréotouristiques, indique le ministre de la Forêt, Pierre Dufour, dans le communiqué.

En entrevue plus tard en journée avec Radio-Canada, Pierre Dufour a parlé de la nécessaire conciliation entre les deux secteurs économiques.

J'ose espérer que les environnementalistes ou les gens qui ont cherché à protéger sont heureux, au même principe que de l'autre côté, j'ose espérer que les gens de l'industrie forestière sauront bien aussi saisir et comprendre les enjeux du récréotouristique, les enjeux de d'autres volets qui existent au niveau de cette rivière-là et je pense que ça va être par la conciliation entre les deux qu'on va trouver le moyen d'arriver à un juste compromis pour tout le monde, a ajouté le ministre.

Réaction du ministre de l'Environnement

En conférence de presse en début d'après-midi, le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, a confirmé que le territoire sera protégé. Toutefois, la superficie demeure à déterminer, de même que le degré de protection qui sera accordé.

On ne veut pas mettre de cloche de verre sur ce territoire. On veut que la région puisse en bénéficier, que l’ensemble du Québec puisse en bénéficier aussi, car c'est un secteur remarquable.

Une citation de :Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Le ministre réitère qu’il rencontrera les intervenants du secteur de façon à obtenir leur adhésion.

Une décision saluée par les militants

Des groupes écologistes et le Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka demandaient depuis des mois l’annulation de ces coupes forestières imminentes. Ils accueillent la nouvelle avec un soupir de soulagement.

Nous sommes ravis de constater que la mobilisation citoyenne a convaincu le gouvernement d’annuler ces coupes forestières injustifiées dans le couloir visuel de la rivière Péribonka, indique la directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard.

C’est un secteur qui est unique au Québec, qui est proche, ajoute Thérèse Gagnon du Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka. Il y a des forêts qui sont vieilles, des forêts anciennes, il y a aussi des paysages extraordinaires, il y a des espèces en voie de disparition comme [le] pygargue à tête blanche, le caribou forestier. C'est vraiment un couloir unique au Québec, à protéger. Il n'y en a plus au Québec, des couloirs comme ça.

Les militants exigent maintenant que le secteur de l’aire protégée projetée obtienne un statut de protection stricte et pérenne.

Des élus applaudissent

Le député du Parti québécois dans Jonquière, Sylvain Gaudreault, croit que le gouvernement a pris la décision qu'il fallait prendre devant autant d’opposition.

Je savais et je sentais qu’il y avait de la division au sein du gouvernement là-dessus. Ce qui me surprend, c’est l’annonce maintenant, sans préavis. Mais que Québec en arrive à cette décision, je suis plus ou moins surpris. Ça n’avait aucun sens, de faire ça.

Une citation de :Sylvain Gaudreault, député de Jonquière

La députée de Québec solidaire responsable du dossier de l’environnement, Émilise Lessard-Therrien, salue la mobilisation des citoyens qui a mené à l'annulation des coupes forestières.

Ces gens se battent avec une incroyable ténacité pour la seule bonne raison de protéger le territoire. Pour qu’un petit bout de celui-ci leur survive. [...] Cette rivière est un véritable joyau du Québec et le gouvernement se devait de la considérer comme telle. On se réjouit de cette nouvelle, mais on reste tout de même vigilants pour que l’esprit de l’aire protégée soit respecté et qu’on ne se ramasse pas avec un territoire protégé plus petit que prévu, prévient-elle.

L'Alliance forêt boréale mécontente

Tous ne sont pas satisfaits de la décision de Québec. L'Alliance forêt boréale rappelle qu'une portion de la forêt est infectée par la tordeuse du bourgeon de l'épinette et que de laisser les arbres malades en place ne protégera en rien le secteur.

Je pense que d'intervenir rapidement, si on dit qu'on est pour l'environnement, si on dit qu'on veut protéger cette forêt-là, je pense qu'on doit se dépêcher d'aller récupérer cette forêt-là qui est infestée par la tordeuse, déplore Pascal Cloutier, président d'Alliance forêt boréale et maire de Dolbeau-Mistassini.

La zone à protéger reste toutefois à délimiter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !