•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée parlementaire à Québec sur fond d’élections fédérales

Le parlement du Québec vu de l'extérieur sous un ciel ennuagé.

Le Parlement du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L'Assemblée nationale reprend vie avec le retour d'un plus grand nombre de députés pour entamer la nouvelle session parlementaire. Le déploiement des tests rapides dans les écoles, l'environnement, divers enjeux de santé et la campagne fédérale ont retenu l'attention lors des premières interventions des partis d'opposition devant les médias.

C'est le Parti québécois (PQ) qui a ouvert le bal mardi matin avec le chef parlementaire et porte-parole du parti en matière de santé, Joël Arsenau. Ce dernier a critiqué le cafouillage du déploiement des tests rapides dans certaines écoles du Grand Montréal entamé lundi.

Lors de leurs points de presse respectifs, Québec solidaire (QS) et le Parti libéral du Québec (PLQ) ont également dénoncé la situation, qu'ils jugent chaotique. Les trois partis d'opposition s'expliquent mal les problèmes rencontrés alors que le gouvernement dispose de millions de ces tests depuis des mois, très peu utilisés jusqu'à présent.

Vincent Marissal, porte-parole de QS en matière de santé, a demandé au ministre de la Santé Christian Dubé de cesser d'avoir recours aux agences de placement et au temps supplémentaire obligatoire pour les travailleurs de la santé.

Manon Massé en point de presse à l'Assemblée nationale.

Étant notamment porte-parole de Québec solidaire en environnement, Manon Massé a mis l'accent sur ce thème lors de son point de presse.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Manon Massé, porte-parole de QS, s'est réjouie de la victoire citoyenne à la suite de l'annulation des coupes forestières autour de la rivière Péribonka. Elle a promis de presser le gouvernement d'en faire plus pour atteindre ses objectifs de protection du territoire, en particulier dans le sud du Québec, et pour rehausser ses cibles climatiques.

La cheffe du PLQ, Dominique Anglade, a réitéré sa demande de rendre la vaccination obligatoire pour l'ensemble des travailleurs de la fonction publique. Sans donner plus de détails, elle a dit vouloir amener plusieurs propositions concernant l'environnement et les changements climatiques, et s'attaquer à la pénurie de main-d'œuvre qui sévit dans à peu près tous les secteurs.

Dominique Anglade en point de presse à l'Assemblée nationale.

La cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, a réitéré sa demande de rendre la vaccination obligatoire pour les fonctionnaires québécois.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La campagne fédérale s'invite à l'Assemblée nationale

Le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, a quant à lui annoncé qu'il allait déposer une motion visant à ce que l'Assemblée nationale demande des excuses formelles au consortium médiatique qui a organisé le débat en anglais de la campagne électorale fédérale.

M. St-Pierre Plamondon juge que la question controversée portant sur la Loi sur la laïcité de l'État et le projet de loi 96 – dont l'étude doit débuter la semaine prochaine – témoignait d'un manque de respect pour le Québec. Selon lui, la réaction du premier ministre François Legault, qui est intervenu pour déclarer que la nation québécoise était « attaquée », était insuffisante.

Mme Anglade a annoncé que son parti allait également déposer une motion en ce sens. Mme Massé a dit vouloir prendre le temps d'étudier la motion du PQ avant de se prononcer, mais a qualifié la question du débat anglophone d'erreur.

Paul St-Pierre Plamondon en conférence de presse à l'Assemblée nationale.

Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a été abondamment questionné sur les divergences entre le PQ et le Bloc québécois.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Questionné à ce sujet, M. St-Pierre Plamondon a dit qu'il avait l'intention de voter pour le Bloc québécois, malgré les divergences entre les deux partis indépendantistes au sujet du troisième lien entre Québec et Lévis. Mme Massé et Mme Anglade ont toutes deux refusé de prendre position sur la campagne fédérale.

D'autres dossiers au menu cet automne

La nouvelle session parlementaire sera aussi l'occasion pour les élus de débattre des façons de gérer l'interminable pandémie de COVID-19. Il sera également question de garderies : le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, doit présenter cet automne une réforme du système, afin de permettre à des milliers d'enfants d'obtenir une place.

La présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, poursuivra en parallèle les négociations avec les éducatrices en CPE pour le renouvellement de leur convention collective.

Enfin, en cette année préélectorale, tous les partis représentés à l'Assemblée nationale vont chercher à se distinguer et à marquer des points dans l'électorat.

La relative accalmie, pour l'instant, des cas de COVID-19 fait en sorte que 61 députés pourront participer à la période des questions au Salon bleu, comparativement à 37 la session dernière.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !