•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des patients attendent des heures dans des ambulances, faute de lits à l’urgence

Une civière vide et bras d'ambulancier.

Selon leur syndicat, les ambulanciers à l'Île-du-Prince-Édouard sont maintenus pendant des heures aux hôpitaux faute de lits pour leurs patients aux urgences.

Photo : CBC/Pat Martel

Radio-Canada

Des patients de l’Île-du-Prince-Édouard doivent parfois attendre de six à huit heures dans une ambulance ou un couloir d’hôpital en raison d’un manque de lits dans des hôpitaux de la province, selon un représentant syndical.

C’est ce qu’avance le président du local 3324 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Jason Woodbury, qui représente les ambulanciers de la province.

Selon M. Woodbury, cette situation est un problème récurrent à l’hôpital Queen Elizabeth de Charlottetown. Toutefois, ses membres ont observé des attentes importantes ailleurs, entre autres à l’hôpital Prince County à Summerside.

Il estime qu’à certaines occasions, jusqu’à six ambulances sont forcées d’attendre à l’hôpital, car il n’y a pas de lit disponible pour leurs patients. 

Les ressources sont appauvries, alors le système du 911, les urgences sont les services qui souffrent, pense-t-il. 

Alors lorsque vous appelez le 911, c’est possible que vous n’ayez pas accès à une ambulance tout de suite dans votre communauté, car des véhicules sont retenus à d’autres occasions.

Une citation de :Jason Woodbury, président du local 3324 du Syndicat canadien de la fonction publique

Les médecins dépassés

L’urgentologue de l'hôpital Queen Elizabeth, le Dr Trevor Jain, observe que le problème d’engorgement à l’urgence empire. Les délais de déchargement des patients ont un impact important sur le réseau de la santé, note-t-il.

L'entrée de l'urgence de l'hôpital.

L'hôpital Queen Elizabeth, à Charlottetown (archives).

Photo : CBC / Steve Bruce

Il déplore que les ambulances ne soient pas là pour des patients qui pourraient en avoir besoin. 

La directrice générale de Santé Î.-P.-É. Corinne Rowswell reconnaît qu’il existe des délais entre l’arrivée des patients à l’hôpital et leur prise en charge par les équipes médicales.

Elle explique qu’un triage est fait pour assurer la santé et la sécurité des patients, mais ajoute que l’attente est principalement due au manque de personnel infirmier dans les hôpitaux.

Chaque fois qu’il y a un délai dans un tel service, il y a des personnes qui attendent pour de longues périodes et les soins peuvent finir par être compromis, admet Mme Rowswell.

Les ambulanciers doivent accompagner le patient

À l’Île-du-Prince-Édouard, c’est Medavie qui gère les services ambulanciers. La porte-parole de l’entreprise Caitlin Ferguson reconnaît que le système d’ambulance est confronté à des pressions en raison des délais de déchargement.

Lorsqu’une équipe paramédicale arrive à l’urgence, elle a la responsabilité de demeurer avec le patient jusqu’à ce que le personnel de l’hôpital ait pris le patient en charge et transféré le patient dans un lit, explique Mme Ferguson.

Le Dr Jain croit que la situation pourrait s’améliorer à l’hôpital Queen Elizabeth puisque des lits devraient être ajoutés sous peu.

Mais le syndicat est sceptique. Jason Woodbury indique que son syndicat demande plus de ressources au gouvernement depuis longtemps. Il ajoute que les ambulanciers de la province sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2018.

Une procédure d’arbitrage est prévue en décembre.

C’est un problème continu depuis cinq ans. Nous avons soulevé la question des temps de déchargement à l’hôpital Queen Elizabeth avec plusieurs ministres de la santé et le problème n’est pas aigu, il est chronique. La situation se détériore et nous sommes dans une situation critique, conclut-il.

Avec les informations de Wayne Thibodeau de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !