•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’aile québécoise du Parti vert en contradiction avec sa cheffe

La plateforme québécoise des verts a été préparée sans consultation avec Annamie Paul.

Annamie Paul s'exprime au débat des chefs.

Annamie Paul, cheffe du Parti vert du Canada

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Plusieurs candidats québécois du Parti vert vont rendre publique aujourd’hui leur plateforme provinciale, un document dont Radio-Canada a obtenu copie et qui a été préparé sans consultation avec la cheffe Annamie Paul.

Le programme, en préparation depuis plusieurs mois, se veut le reflet des positions de bien des candidats et militants verts au Québec qui sont parfois différentes de celles de Mme Paul.

Sur la question identitaire, par exemple, l’aile québécoise du parti souhaite reconnaître entièrement le statut du Québec comme nation distincte au sein du Canada et le droit des Québécois de faire du français la seule langue officielle dans la province.

En juin, cette même aile avait d’ailleurs exprimé son soutien au projet de loi 96 du gouvernement Legault, qui prévoit notamment la reconnaissance constitutionnelle de la nation québécoise.

Or, Annamie Paul avait exprimé au même moment des réserves, plaidant pour un examen approfondi du projet de loi en comité parlementaire, afin de s’assurer que le Québec ait bel et bien le droit d’amender unilatéralement sa section de la Constitution canadienne.

La cheffe a réitéré cette même position la semaine dernière, lors du débat des chefs, ajoutant toutefois que c’était très important de protéger le français.

Daniel Green parle à une jeune femme.

Daniel Green, conseiller pour la campagne du Parti vert au Québec

Photo : Radio-Canada

Le conseiller pour la campagne du Parti vert au Québec, Daniel Green, qui a participé à l’élaboration de ce programme québécois, reconnaît que les idées qui y sont défendues sont parfois en contradiction avec celles de Mme Paul. Il espère toutefois que cette divergence d’opinions puisse être réparée avec le temps.

Le rôle d’une aile québécoise, explique-t-il, est de faire reconnaître les réalités du terrain à notre cheffe. Il ne voit pas cette démarche comme un coup de poignard dans le dos d’Annamie Paul, mais bien comme une façon de tenter d’influer sur sa position à long terme.

Interrogé à savoir pourquoi cette reconnaissance du français au Québec ne se retrouve pas dans la plateforme nationale du parti qui a été présentée il y a une semaine, Daniel Green affirme ne pas avoir été consulté, comme plusieurs candidats de la province.

D’autres partis, comme les conservateurs et le NPD, ont dévoilé des programmes spécifiques au Québec depuis le début de la campagne, mais leur chef était toujours présent pour ces annonces. Annamie Paul n’est pas censée participer à la présentation virtuelle de l’aile québécoise, qui est prévue à 11 h.

La plateforme inclut également des propositions environnementales plus spécifiques au Québec, par exemple, un programme fédéral de captation du méthane pour les grands sites d’enfouissement dans la province ou encore la création de 50 000 nouveaux logements écoresponsables d’ici cinq ans.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Pas de réaction d’Annamie Paul

La cheffe des verts n’était pas disponible pour réagir lundi soir. Son équipe n’a pas voulu non plus soumettre une réaction par écrit à la démarche de l’aile québécoise.

Ce n’est pas la première fois qu’Annamie Paul se retrouve en opposition avec des candidats de sa formation politique. Ces derniers mois, son leadership a été fortement contesté, après le départ d’une des trois députés du parti, Jenica Atwin, qui a traversé la Chambre pour rejoindre les libéraux.

L’ancienne cheffe des verts et députée sortante de Saanich-Gulf Islands, Elizabeth May, avait alors critiqué Mme Paul, déplorant l’erreur qu’elle avait commise en laissant son conseiller Noah Zatzman critiquer sans mesure les positions de Mme Atwin et d’un autre député vert sur le conflit israélo-palestinien.

L’aile québécoise du parti était allée encore plus loin en demandant carrément à Annamie Paul de quitter son poste, ce qu’elle avait refusé de faire.

La cheffe sera toutefois soumise à un vote de confiance automatique après l’élection fédérale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !