•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poète et dramaturge Michel Garneau s’est éteint

Une photo en noir et blanc d'un homme qui porte une barbe et qui sourit devant un micro de Radio-Canada.

L'animateur Michel Garneau en 1964

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Radio-Canada

Le poète, dramaturge, traducteur et artisan de la radio Michel Garneau est décédé.

Né à Montréal en 1939, il commence dans l’univers radiophonique dès ses 15 ans à titre d’annonceur.

Passionné par la poésie, il s’y consacre corps et âme et publie une trentaine de recueils.

La poésie était pour lui une façon de sublimer le quotidien, a expliqué en entrevue à Radio-Canada le réalisateur Robert Pilon, qui a travaillé avec Michel Garneau sur plusieurs émissions de radio à Radio-Canada.

La folle entreprise de la lucidité

À travers ses œuvres, Michel Garneau cherche à poétiser le quotidien, mais sans jamais se faire d’illusions. Il était engagé dans la folle entreprise de la lucidité. C’était sa phrase clé, a indiqué Robert Blondin.

En plus de ses recueils de poésie, l’auteur publie de nombreux textes pour le théâtre, dont Émilie ne sera plus jamais cueillie par l'anémone (1981), qui avait pour interprètes Monique Mercure et Michelle Rossignol. Plusieurs de ses pièces seront traduites et jouées à travers le monde.

Le dramaturge est également apprécié pour ses traductions en langue québécoise de plusieurs œuvres théâtrales, mais aussi de poèmes, dont ceux de Leonard Cohen.

À la radio, Michel Garneau évolue principalement à Radio-Canada, où il anime ou coanime entre autres Les décrocheurs d’étoiles, La grand’jase et Le bonheur.

L'homme et la femme sourient autour d'une table sur une terrasse.

Michel Garneau et Armande St-Jean ont coanimé «La grand'jase», une émission enregistrée devant public sur la Terrasse St-Denis, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Guy Dubois

Le Prix du Gouverneur général du Canada lui a été décerné deux fois : en 1978 pour son recueil de poésie Les petits chevals amoureux; en 1990 pour sa pièce Mademoiselle rouge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !