•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’archidiocèse de Saint-Boniface érigera un monument pour les disparus d’un pensionnat

De petits fanions orange sont installés de chaque côté de l'allée menant à la cathédrale de Saint-Boniface.

De petits fanions orange ont été installés devant la cathédrale de Saint-Boniface dans la foulée de la découverte de sépultures près des pensionnats pour Autochtones.

Photo : Radio-Canada

L’Archidiocèse de Saint-Boniface érigera un monument pour honorer la mémoire des élèves qui ont perdu la vie dans l’ancien pensionnat pour Autochtones de l’école industrielle de Saint-Boniface.

Il était situé près de l’intersection de la rue Des Meurons et de la place Cabana. L’établissement a été en activité de 1891 à 1909. 

Selon les estimations, 80 élèves y seraient morts. Les recherches indiquent que 34 de ces dépouilles sont officiellement inhumées au cimetière situé devant la cathédrale de Saint-Boniface, indique le porte-parole de l’archidiocèse de Saint-Boniface, Daniel Bahuaud.

M. Bahuaud affirme que ce projet se fait dans l’esprit de la réconciliation.

Si l’Église de Saint-Boniface et les communautés autochtones peuvent marcher ensemble vers la réalisation d’un projet de ce genre, ce sera significatif. J’ose espérer que lorsque ce monument sera érigé, il deviendra un symbole ou un point de ralliement pour des cérémonies de réconciliation, note-t-il.

Ce projet engage non seulement les Autochtones de nos communautés ici au Manitoba et les fidèles de l’archidiocèse de Saint-Boniface, mais tous les Autochtones et tous les Canadiens dans la mesure où nous aurons déjà commencé à marcher ensemble vers un Canada plus connaissant et conscient de son passé.

Une citation de :Daniel Bahuaud, porte-parole de l’archidiocèse de Saint-Boniface
Daniel Bahuaud photographié devant la cathédrale de Saint-Boniface.

Daniel Bahuaud, porte-parole de l'Archidiocèse de Saint-Boniface

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Il ajoute que les familles auront un endroit visible pour commémorer leurs disparus. Pour le moment, la forme que le monument prendra est inconnue. Ce projet en est un de longue haleine, confirme le porte-parole de l’archidiocèse de Saint-Boniface. Il en est à ses premières esquisses.

Dans sa réalisation, M. Bahuaud indique que les communautés autochtones seront consultées et que le projet n’avancera pas tant qu’il n’y aura pas dialogue avec des chefs de bandes, des aînés de Sagkeeng et de toutes les communautés autochtones du l'archidiocèse et du Manitoba.

Initiative saluée par les Autochtones

Pour leur part, les chefs autochtones apprécient le geste et se disent heureux que des leaders religieux veuillent participer à cet effort de réconciliation.

C’est un bon changement relativement aux positions que l’Église a prises auparavant. [..] Je pense que l’érection d’un monument est indispensable en ce moment et ça créait une vraie conversation [à propos de la réconciliation], indique le grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas.

Arlen Dumas, devant une peinture montrant une coiffure de cérémonie à plumes d'aigles.

Arlen Dumas, grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba

Photo : Radio-Canada

Il affirme avoir parlé à des leaders religieux, dans la foulée de la découverte de sépultures près d’anciens pensionnats pour Autochtones, qui selon lui étaient aussi choqués de ces découvertes.

C’est la responsabilité de l’Église d’amener de l’avant une réconciliation tangible pour les Premières Nations, mais aussi pour leurs propres congrégations parce que ça a été choquant pour tout le monde, dit-il.

M. Dumas souhaite réellement que les communautés autochtones soient consultées parce que si l’Église fait ce projet seul, leur intention de réconciliation ne serait pas sincère.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !