•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire du personnel de la santé : des syndicats s’inquiètent

Une infirmière insère une aiguille dans une fiole de vaccin.

Les travailleurs de la santé devront bientôt être vaccinés pour travailler, ce qui inquiète des syndicats du Centre-du-Québec. (archives)

Photo : afp via getty images / Grant Hindsley

Radio-Canada

À partir du 15 octobre, les travailleurs de la santé devront être vaccinés pour travailler. Cette mesure inquiète des syndicats du Centre-du-Québec.

Le père de Diane Turmel est hospitalisé au Centre d’hébergement Frederick-George-Heriot, à Drummondville. Même si elle se dit satisfaite des soins qu’il y reçoit, la proche aidante s’inquiète du fait que plusieurs travailleurs ne sont pas encore vaccinés.

Il y en a là-dedans qui s’occupent de mon père qui ne sont pas vaccinés, autant de jour que de soir, et ça m’inquiète beaucoup, déplore-t-elle. 

Ce genre de situation sera chose du passé dès le 15 octobre. Les travailleurs de la santé non vaccinés pourront alors être suspendus sans solde. Le syndicat des infirmières et des infirmiers estime qu’une centaine de ses membres pourraient écoper d’une telle sanction, affaiblissant le système de santé.

Pour nous, perdre une ou deux ressources ou dans certains secteurs, des fois c’est une dizaine, on ne sait pas comment les gens vont pouvoir continuer à tenir la cadence sur ce rythme-là. C’est très préoccupant.

Une citation de :Nathalie Perron, présidente du Syndicat des professionnels en soins (SPSMCQ)

Même son de cloche chez le Syndicat du personnel paratechnique des services auxiliaires et de métiers CIUSSS MCQ (CSN), qui représente une centaine de membres non vaccinés. Sa présidente Marie-Josée Hamelin juge que le gouvernement du Québec devrait adopter une approche plus modérée.  

Si on a une progression sur la vaccination dans nos rangs, est-ce qu’on met déjà un décret en force pour se braquer? Ce n’est peut-être pas le meilleur moyen d’aller de l’avant, croit-elle.

Le CIUSSS dit vouloir éviter les ruptures de services

De son côté, le CIUSSS MCQ assure vouloir éviter les ruptures de services et la pénalisation des employés. L’organisation tend plutôt la main aux réfractaires.

On voit une hausse de nos travailleurs de la santé qui vont chercher le vaccin contre la COVID-19. On comprend que ces gens-là ont eu des réponses à leurs questions. On a une équipe de travail avec les médecins pour voir comment on va pouvoir rejoindre certains travailleurs qui sont réfractaires ou qui ont encore des questions, explique Nathalie Boisvert, présidente-directrice générale adjointe au CIUSSS MCQ.

À la lumière de la plus récente mise à jour de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), 93,3 % des travailleurs de la santé du CIUSSS MCQ ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, et 89,4 % sont adéquatement vaccinés.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !