•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccin anti-COVID-19 obligatoire pour les travailleurs de la santé en C.-B.

Une infirmière dans une salle d'opération.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé qu’il imposera la vaccination obligatoire contre la COVID-19 aux travailleurs et travailleuses de la santé.

Photo : Getty Images / gpointstudio

En Colombie-Britannique, tous les travailleurs de la santé devront être vaccinés contre la COVID-19 à compter du 26 octobre.

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, en a fait l’annonce lors d’un point de presse sur la pandémie, lundi, alors que venait d’entrer en vigueur le système provincial de passeport vaccinal.

Les employés des centres de soins de longue durée étaient déjà visés par une telle obligation de vaccination, qui doit entrer en vigueur, dans leur cas, le 12 octobre.

Par ailleurs, les personnes immunodéprimées seront contactées au courant de la semaine pour recevoir une troisième dose de vaccin anti-COVID-19, a annoncé la Dre Henry. Cela concerne environ 15 000 personnes dans la province.

Passeport vaccinal en vigueur

L’entrée en vigueur du système de carte vaccinale, qui doit être présentée maintenant pour entrer dans des lieux comme les restaurants et les bars, a coïncidé avec la tenue de manifestations dans plusieurs villes de la province.

Des centaines d’opposants à cette mesure se sont rassemblés entre autres devant l’hôtel de ville de Vancouver et devant le bâtiment de l’Assemblée législative, à Victoria.

Certains nient l’efficacité des vaccins, certains sont contre les restrictions sanitaires et d’autres dénoncent une exigence qui porte atteinte, selon eux, aux libertés individuelles.

Une manifestante opposée au passeport vaccinal tient une pancarte qui affirme qu'elle tout de même reçu deux doses de vaccin.

Une manifestante contre le passeport vaccinal tient une pancarte qui affirme qu'elle a reçu deux doses de vaccin anti-COVID-19. De nombreux autres manifestants s'opposent à la vaccination.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

La Dre Henry a affirmé que le passeport vaccinal était nécessaire pour revenir plus rapidement à la normale, notamment parce qu’il permettra, durant les prochaines semaines, de lever graduellement les mesures sanitaires encore en place dans les lieux où la vaccination est exigée, comme les limites de capacité dans les restaurants.

Cela veut dire que nous sommes capables de faire ces choses que nous aimons, de manière sécuritaire, a ajouté la médecin hygiéniste en chef.

Aux soins intensifs, surtout des patients non vaccinés

Parmi les Britanno-Colombiens de plus de 12 ans, 86,4 % ont reçu leur première dose de vaccin contre la COVID-19, et 79,3 %, leurs deux doses.

Cent trente-huit personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs en raison de complications dues au coronavirus, dont 121 qui ne sont pas vaccinées, a indiqué le ministre de la Santé, Adrian Dix, lors du point de presse.

Deux personnes parlent ensemble, l'une d'entre elles tient une pancarte où il est écrit, en anglais, « Stop à la tyrannie du passeport ».

Des opposants à la mise en place de la carte vaccinale en Colombie-Britannique se sont rassemblés lundi devant l'hôtel de ville de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Parmi les 38 patients de moins de 50 ans aux soins intensifs, 37 n’ont reçu aucune dose de vaccin, a-t-il ajouté. En tout, 278 personnes sont hospitalisées à cause de la COVID-19 en Colombie-Britannique.

Par ailleurs, durant les 3 derniers jours, la province a recensé 1984 nouvelles infections, soit 823 de vendredi à samedi, 641, de samedi à dimanche, et 520, de dimanche à lundi.

Neuf personnes ont perdu la vie en raison de la maladie au cours de cette période.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !