•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de L’Île-d’Anticosti cité en déontologie municipale

John Pineault, sérieux, fixe la caméra.

John Pineault rejette les allégations de manquements qui lui sont reprochées (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Félix Lebel

Le maire de la Municipalité de L’Île-d’Anticosti, John Pineault, devra comparaître devant la Commission municipale du Québec (CMQ) afin de répondre à une dizaine d'allégations de manquements au code d’éthique et de déontologie des élus municipaux, notamment pour conflits d'intérêts, utilisation des ressources municipales et avantages qu'il aurait reçus et n'aurait pas déclarés.

La direction du contentieux et des enquêtes de la CMQ indique avoir en sa possession des renseignements qui permettraient de démontrer les manquements reprochés.

La CMQ indique que John Pineault aurait notamment utilisé la carte de crédit de la Municipalité pour payer des frais d'hébergement à l’occasion d’un voyage personnel, il aurait fait livrer et facturé le transport de matériaux ou de biens via Relais Nordik inc., sur le compte de la Municipalité, destinés à des fins personnelles ou autres que celles liées à ses fonctions de maire.

La direction du contentieux et des enquêtes de la CMQ croit aussi que John Pineault aurait favorisé un entrepreneur local en octroyant un contrat sans appel d'offres pour des travaux sur des bâtiments situés à la pointe Ouest.

Le document de citation indique de plus que depuis novembre 2017, sans autorisation du conseil et de son propre chef, il a utilisé ou permis que soit utilisé du matériel de la municipalité pour rénover une maison à Baie-Sainte-Claire, en contravention de la législation applicable à ce type de travaux.

Une affiche souhaitant la bienvenue dans la Municipalité de L'Île-d'Anticosti.

La CMQ croit que John Pineault aurait voulu favoriser une entreprise tierce, en entreprenant personnellement des démarches pour faire remplacer la toiture de l'église de Port-Menier, en bardeaux de mélèze (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Il est aussi reproché à John Pineault d’avoir non seulement bénéficié de plusieurs séjours de pêche avec sa conjointe sur la rivière Jupiter à la Sépaq Anticosti, gratuitement, mais aussi de ne pas les avoir déclarés dans un délai de 30 jours.

Le maire rejette les allégations

Surpris, John Pineault rejette l’ensemble des allégations de manquements qui lui sont reprochés.

Il affirme avoir fait appel à un avocat et compte démontrer qu’il n’aurait pas commis de faute déontologique.

Ça m’a surpris excessivement quand j’ai vu ces accusations-là. Je plaide absolument non coupable à toutes les accusations qui me sont portées. J’ai l’intention de me défendre de façon vigoureuse et démontrer que ce n’est qu’un tissu de mensonges, assure le maire.

John Pineault n’a pas souhaité commenter spécifiquement ce qui lui est reproché, étant donné les procédures en cours.

Le maire sortant est toutefois d’avis que ces accusations seraient liées avec les élections municipales de novembre prochain, alors qu’il souhaite briguer un troisième mandat à la tête de la Ville.

Je trouve ça très bizarre, que tout ça sorte avant les élections municipales. [...] Je pense qu’il y a vraiment une association à faire. Il y a des gens qui espéraient peut-être que je ne me présente pas, ajoute-t-il.

La date de comparution devant le tribunal administratif de la CMQ n'est pas encore connue.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.