•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

65 infectiologues albertains réclament la mise en place immédiate du passeport vaccinal

Une employée tient une tablette électronique pour scanner un code QR sur le téléphone d'une cliente.

L'Ontario, le Manitoba, la Colombie-Britannique et le Québec introduisent progressivement ou exigent déjà la présentation d’une preuve de vaccination.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Une lettre ouverte (Nouvelle fenêtre) publiée lundi par 65 infectiologues albertains réclame la mise en place immédiate du passeport vaccinal à l’échelle de la province.

Ce sont les derniers à joindre leur voix aux multiples demandes tous azimuts pour l'adoption d'un certificat d'immunisation en Alberta. Certaines entreprises leur ont même déjà emboîté le pas.

Le document à l’intention du premier ministre, Jason Kenney, du ministre de la Santé, Tyler Shandro, et de la médecin hygiéniste en chef, Deena Hinshaw, fait état d’un système de santé au bord du précipice .

Au rythme actuel, le nombre d’hospitalisations aux soins intensifs reliés à la COVID-19 va doubler toutes les deux semaines, affirment les experts de la santé.

Près de 90 % des personnes qui y sont admises ne sont pas vaccinées ou ont reçu une seule dose de vaccin, ajoutent-ils.

Lundi, Services de Santé Alberta compte 256 patients aux soins intensifs. Parmi eux, 202 ont la COVID-19, un pourcentage qui atteint un nouveau sommet pour l'Alberta.

Les unités de soins intensifs de la province sont remplies à 90 % de leur capacité, révèle l’agence de santé publique. En excluant les lits d'appoint, cette proportion bondit à 148 %.

Nous sommes arrivés à un point où il est difficile de déterminer pendant combien de temps nous pourrons prodiguer des soins sécuritaires aux Albertains.

Une citation de :extrait de la lettre ouverte

Un certificat d’immunité pour accéder à des services non essentiels permet de mieux protéger les personnes n’ayant pas reçu de vaccin, de les encourager à le recevoir, en plus d’éviter le retour de mesures sanitaires plus restrictives des dernières vagues à l'avenir.

Laisser cette décision aux mains des entreprises résulte en une politique confuse et inconsistante [...] Elle doit être prise par le gouvernement provincial, comme c’est le cas de presque toutes les autres [provinces et territoires], déclarent les spécialistes des maladies infectieuses.

S’il n’est pas possible de mettre une telle mesure en place, les experts plaident pour des restrictions sanitaires plus sévères. Ils suggèrent, par exemple, de restreindre les rassemblements à moins de 10 personnes chez les personnes non vaccinées.

Ils concèdent que ce genre de décision n’est pas chose évidente. Le but de leur lettre est d'établir un dialogue auprès du gouvernement pour éviter une crise imminente du système de santé .

Le groupe d’experts indépendants Protect Our Province donnera un aperçu de l’intérieur des unités de soins intensifs de l'Alberta lundi, à16 heures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !