•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression à Baie-Comeau en 2019 : peine de 18 mois pour Samuel Cyr

Samuel Cyr, de dos, entre dans un ascenseur. Il est menotté et est escorté par deux policiers.

Samuel Cyr en compagnie de deux constables, quelques minutes après que le juge a rendu sa décision.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Samuel Cyr, âgé de 20 ans, commence dès aujourd'hui une peine d'emprisonnement de 18 mois. Il a plaidé coupable aux chefs d'accusation de voies de fait, d'agression armée, de vol qualifié, de complot, de possession d'arme, d'avoir causé des lésions corporelles et de s'être déguisé dans le but de commettre un acte criminel.

Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés dans la nuit du 14 au 15 décembre 2019 sur le boulevard Joliet à Baie-Comeau.

Samuel Cyr, qui était alors âgé de 18 ans, était accompagné d'un complice qui était mineur à l'époque.

Vers 4 h 30 du matin, ils s'en étaient pris à un passant pour lui voler des objets. La victime avait alors été blessée lors de l'événement. Les deux jeunes hommes avaient été arrêtés quelques heures plus tard.

18 mois de peine

Le juge François Boisjoli a rendu sa décision lundi en début d'après-midi au palais de Justice de Baie-Comeau.

Le crime est prémédité et gratuit.

Une citation de :François Boisjoli, juge dans le dossier de Samuel Cyr

Celui-ci dit avoir pris en compte la probation préventive qu'a purgé Samuel Cyr totalisant 11 mois et 2  jours pour déterminer la peine du coupable.

Malgré le jeune âge de Samuel Cyr aux moments des événements et le fait qu'il soit allé notamment en thérapie, le juge a déclaré que la preuve de réhabilitation du jeune homme n'était pas convaincante et que le risque de récidive était présent à moyen terme.

Le dossier de l'autre accusé mineur a été entendu à la chambre jeunesse de la Cour du Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.