•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés d’Élections Canada harcelés par des électeurs dans Dartmouth–Cole Harbour

Une affiche jaune d'Élections Canada et un homme qui fait la file à l'extérieur.

Au cours d'un incident, Élections Canada a appelé la police.

Photo : CBC / Francis Ferland

Élections Canada dénonce les violences verbales dont sont victimes certains de ses employés dans la circonscription électorale de Dartmouth–Cole Harbour, en Nouvelle-Écosse, après le retrait de la candidature du conservateur Troy Myers.

Troy Myers a retiré sa candidature à la fin août, alors qu'il était visé par des allégations d'inconduite sexuelle. Il a nié toutes les allégations. Le Parti conservateur du Canada n'a pas présenté d'autre candidat dans la circonscription.

Portrait de Troy Myers.

Troy Myers était candidat du Parti conservateur du Canada aux élections fédérales 2021, mais il s’est retiré de la course.

Photo : Facebook/Association conservatrice de Dartmouth-Cole Harbour

Élections Canada recense une centaine de commentaires extrêmement virulents dans les bureaux de vote de la circonscription fédérale de Dartmouth–Cole Harbour et dans les bureaux du directeur du scrutin depuis l'ouverture du vote par anticipation, selon une porte-parole d'Élections Canada, Françoise Enguehard.

Le directeur du scrutin aurait lui-même reçu au moins six appels téléphoniques de menace dans les derniers jours.

Lundi matin, une personne s'est présentée à la porte d'un bureau de vote et a harcelé le personnel d'Élections Canada, selon Mme Enguehard.

Françoise Enguehard, conseillère média pour la région Atlantique d'Élections Canada.

Françoise Enguehard est porte-parole pour Élections Canada.

Photo : Radio-Canada

La veille, un couple s'est rendu dans un des bureaux de vote par anticipation et a fait un esclandre, raconte la porte-parole d'Élections Canada, parce que le nom de leur candidat n'était pas sur le bulletin de vote.

Le couple a harcelé le personnel jusqu'au moment où on a menacé d'appeler la police. [...] Il a suffi de mentionner que la police serait appelée pour que le couple s'en aille, ajoute-t-elle.

La police impliquée

Lors d'un autre incident, vendredi, Élections Canada a appelé la police quand une personne a brandi un bulletin de vote dans le bureau du directeur du scrutin en disant qu'elle ne pourrait pas voter pour le candidat de son choix. La personne a ensuite emporté le bulletin, ce qui constitue un geste inacceptable, selon Mme Enguehard.

Les employés ne se sentent pas en sécurité.

Une citation de :Françoise Enguehard, porte-parole d'Élections Canada

Françoise Enguehard croit que ces violences sont liées au retrait de la candidature du candidat conservateur Troy Myers.

Élections Canada rappelle qu'elle ne choisit pas les candidats et qu'elle ne contrôle pas qui se présente ni les raisons pour lesquelles un candidat se retire de la course.

Élections Canada est responsable d'offrir des élections équitables pour tous et surtout des élections sécuritaires, indique Mme Enguehard.

Faire appel à une entreprise de sécurité

Élections Canada assure prendre la situation très au sérieux et se réserve la possibilité de recruter du personnel de sécurité pour assurer un déroulement paisible du scrutin autant pour les électeurs que pour les employés.

Quand une personne s'engage pour travailler pour Élections Canada, c'est douze heures sur ses pieds le jour du vote du 20 septembre et douze heures pendant les quatre jours du vote par anticipation. C'est difficile, en plus du travail, d'accepter d'être harcelé et de se faire crier dessus, de se faire insulter, comme si on était responsable d'une situation que ni les employés ni Élections Canada ne contrôlent, s'indigne Françoise Enguehard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !