•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député des Îles veut maintenir le tourisme sans dépasser la capacité de l’archipel

Deux visiteurs marchent dans un sentier de Grande-Entrée.

Avant l’été, les partenaires du milieu madelinot avaient convenu de ne pas dépasser l’affluence touristique sans précédent de 2019, soit 67 900 visiteurs entre mai et octobre (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, souhaite que des mesures soient prises pour maintenir le tourisme dans l'archipel sans nuire à la qualité de vie de résidents des Îles-de-la-Madeleine.

Le député péquiste estime que le temps est venu d'entamer une réflexion sérieuse sur les mesures à prendre pour encadrer le tourisme aux Îles-de-la-Madeleine. Il fait de cet enjeu une de ses priorités de la rentrée parlementaire.

Les Îles-de-la-Madeleine étant un milieu insulaire limité, on ne peut pas éviter ce débat sur cette capacité d'accueillir des visiteurs pendant 2-3 mois. Est-ce qu'il faut fixer un objectif maximal? Avoir un ordre de grandeur, ce serait déjà un bon début, mais tout dépend de la durée. Si on étale la saison touristique, on a la capacité d'en recevoir davantage en mai, en septembre et octobre, souligne-t-il.

Gros plan sur Joël Arseneau devant des drapeaux du Québec.

Le député Joël Arseneau constate que l'été 2021 a été éprouvant pour bien des Madelinots en raison de la présence de nombreux touristes (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Joël Arseneau entend d'ailleurs prendre part aux discussions prévues à ce sujet en octobre, organisées par Tourisme Îles-de-la-Madeleine, qui regrouperont divers acteurs du milieu touristique.

Moi, je vais y participer avec des idées à la suite d'une consultation qui est en cours et dont je présenterai les résultats la semaine prochaine, précise-t-il.

Il faut que l'expérience soit positive des deux côtés et cet été, avouons-le, ça a été difficile. Ce point de rupture qu'on évoque déjà depuis deux ans, on peut se demander s'il a été atteint, mais dans tous les cas, les Îles-de-la-Madeleine doivent avancer [avec] des solutions durables.

Une citation de :Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

Depuis deux ans, je plaide pour qu'on ait des chiffres, des faits, une réflexion sur la capacité portante de l'archipel, qu'on développe quelque chose comme un observatoire du tourisme pour s'assurer d'harmoniser les attentes et les besoins des Madelinots, leur bien-être, aux attentes des visiteurs, souligne le député.

Il évalue qu'il y a eu au moins autant de visiteurs cette année qu'en 2019, qui avait été une année record.

Pour souligner son propos, M. Arseneau cite en exemple l'aide fournie par la Croix-Rouge cet été pour mettre sur pied des installations d'hébergement temporaires, qu'il qualifie d'un effet collatéral de l'attrait des Îles.

Est-ce que le gouvernement du Québec peut jouer un rôle là-dedans? Fort probablement sur le plan de l'hébergement touristique, avance le député.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !