•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 23 000 habitants participent au sondage sur la gestion des déchets à Ottawa

Une balle dans un dépotoir.

La décharge du chemin Trail, à Ottawa, reçoit environ 300 000 tonnes de déchets chaque année. Le site sera rempli au maximum d'ici 15 ans, si la cadence se maintient (Archives).

Photo : CBC/Stu Mills

Radio-Canada

Plus de 23 000 habitants d’Ottawa ont participé à un sondage sur des modifications proposées à la cueillette des matières résiduelles, qui s'est conclu dimanche.

La Ville appelait la population à se prononcer sur le sujet pour connaître son avis sur trois options visant à acheminer davantage de déchets ailleurs que dans les dépotoirs.

La décharge du chemin Trail se remplit rapidement alors que plus de la moitié de ce que nous jetons à la poubelle pourrait être recyclée ou compostée, peut-on lire dans un communiqué de la Ville d’Ottawa.

La Municipalité désire repenser sa façon de ramasser les ordures en bordure de rue pour envoyer une portion de ses déchets dans des centres de tri ou au compostage.

Trois options proposées par la ville :

  • Application partielle du principe de l’utilisateur-payeur : les ménages seraient autorisés à déposer une quantité déterminée de déchets pour la collecte. Les ménages qui dépassent cette limite devront acheter des étiquettes. Les matières recyclables, les matières organiques, les feuilles et les résidus de jardinage seront toujours ramassés sans étiquette et sans limites.
  • Limite du nombre d’articles permis : les ménages devraient respecter une limite sur la quantité de déchets permis en bordure de rue. Les articles supplémentaires ne seraient pas ramassés.
  • Sacs à déchets transparents avec interdiction d’y mettre des articles recyclables et des déchets organiques : les ménages déposeraient leurs ordures dans des sacs transparents. Les articles recyclables et les déchets organiques seraient interdits dans les sacs à déchets.

Source : Ville d'Ottawa

Avec les commentaires recueillis, les employés de la Ville pourront élaborer une proposition qui sera présentée au conseil municipal.

Marylin Journeaux, directrice des services d'eau à la Ville d'Ottawa et ancienne directrice des Services des déchets solides de la Ville soutient que beaucoup trop de matières recyclables ou compostables se retrouvent au dépotoir de la ville.

Portrait de Marilyn Journeaux devant une pesée pour les véhicules, à l'entrée du dépotoir.

Marilyn Journeaux, directrice des services d'eau à la Ville d'Ottawa et ancienne directrice des Services des déchets solides de la Ville

Photo : Radio-Canada

À peu près 50 % des déchets sont réacheminés du site d'enfouissement. Mais ça, ce n’est pas bon. Il y a des villes, en Ontario, avec un taux plus haut que ça et on voudrait améliorer notre taux de recyclage et de compostage.

Une citation de :Marylin Journeaux, ancienne directrice des Services des déchets solides d'Ottawa

Selon elle, certaines villes atteignent 70 % de taux de réacheminement.

Mme Journeaux précise que la décharge du chemin Trail, à Ottawa, reçoit environ 300 000 tonnes de déchets chaque année. Le site sera plein à son maximum dans 15 ans, si la cadence se maintient.

Ils [les commentaires des habitants] serviront également pour l’élaboration du Plan directeur des déchets solides, qui se veut un guide sur la gestion des déchets, des matières recyclables et des matières organiques pour les 30 prochaines années, peut-on lire dans la communication de la Ville.

La prochaine série de consultations sur le Plan directeur des déchets solides aura lieu à l’automne.

La population sera alors invitée à se prononcer sur différentes options, comme des moyens pour réduire le volume des déchets acheminés vers les sites d’enfouissement, pour réduire les volumes de déchets et réutiliser ces derniers et pour améliorer la collecte des déchets dans les immeubles multirésidentiels et les parcs, entre autres.

Le conseil municipal examinera l’option recommandée au début de l'année 2022.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !