•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des conseils de quartier de Québec s’unissent contre le troisième lien

Le tunnel sera aménagé sur deux étages avec un total de six voies de circulation, dont deux réservées au transport en commun.

Le tunnel sera aménagé sur deux étages avec un total de six voies de circulation, dont deux réservées au transport en commun.

Photo : Gouvernement du Québec

À la veille de la reprise des travaux parlementaires à l’Assemblée nationale et à une semaine des élections fédérales, des conseils de quartier de Québec font front commun pour que les élus s'opposent au projet de troisième lien dans sa forme actuelle.

Dans une lettre adressée aux candidats actuels et futurs des ordres de gouvernement, les administrateurs des conseils de quartier de Lairet, Maizerets, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Roch, Saint-Sauveur et du Vieux-Limoilou demandent de ne pas construire un tunnel sous le fleuve Saint-Laurent.

En mai dernier, les conseils de quartier du centre-ville avaient déjà partagé leur opposition au projet, mais ils reviennent à la charge au moment où les électeurs québécois s'apprêtent à faire des choix importants.

Dans le contexte des élections, on veut rappeler aux gens que c’est un enjeu qui est important, surtout pour les quartiers centraux. On veut rappeler aux gens d’avoir cet enjeu-là en tête dans leur décision quant à leur vote, explique la présidente du conseil de quartier Saint-Roch Frédérique Lavoie.

L’option retenue par le gouvernement provincial pour le troisième lien est un tunnel d’une longueur de 8,3 kilomètres reliant le secteur de l'avenue Monseigneur-Bourget, à Lévis, au secteur du boulevard Wilfrid-Hamel, à Québec.

Pour les conseils de quartier, il est impensable de faire vivre les conséquences de cette infrastructure aux résidents du centre-ville. Les centres-villes, il y a des gens qui habitent là. Ce n’est pas des terrains qu’on peut développer sans conséquence, ajoute Frédérique Lavoie.

Une capture d'écran de la vidéo de présentation.

Le tunnel doit être relié à l'autoroute Dufferin-Montmorency en passant par le cap.

Photo : Gouvernement du Québec

Enjeux environnementaux et trafic automobile

Impacts sur l'environnement, le patrimoine bâti, la santé, le camionnage : les conseils de quartier ont de nombreuses inquiétudes en tête en lien avec le développement du troisième lien.

Selon eux, l’enjeu principal est la qualité de l’air. C’est d’ailleurs ce qui a également poussé plusieurs citoyens du secteur à s’opposer au projet Laurentia du Port de Québec.

Le président du conseil de quartier du Vieux-Limoilou Raymond Poirier estime que la construction du tunnel générerait davantage de pollution automobile, un facteur important de pollution atmosphérique. Ça ne pourrait qu'exacerber les problématiques qu'on ressent déjà dans le quartier. Les citoyens et citoyennes veulent avoir des actions qui vont les diminuer, pas les augmenter, souligne-t-il.

La question de l’augmentation du trafic automobile est aussi une importante source d’inquiétude pour les conseils de quartier, particulièrement celui de Saint-Roch.

On ne développe pas une autoroute dans un champ au milieu de nulle part. C’est vraiment un milieu de vie où des résidents marchent et prennent le vélo. D’avoir cette hausse-là dans le transit automobile, ça va avoir des répercussions importantes pour la sécurité routière, fait valoir Mme Lavoie.

Pas dans sa forme actuelle

D'après Raymond Poirier, tout projet ayant pour conséquence l’augmentation du flot automobile ne trouvera pas d’acceptabilité sociale dans les quartiers centraux. Il affirme que la région pourrait davantage bénéficier d’infrastructures axées sur le transport en commun.

Si on se trouvait par exemple avec un tunnel dédié au transport en commun avec un métro interrives, un projet qui véritablement amènerait une diminution de la circulation routière entre Québec et Lévis, effectivement là, ça changerait la donne, renchérit-il.

À l’approche de dates importantes dans le milieu politique, les conseils de quartier demandent aux élus actuels et futurs de bien évaluer les conséquences du projet avant de l’appuyer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !