•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un étudiant ontarien offre des sacs à dos à 300 enfants sinistrés de Lytton

Paul Drakos devant des dizaines de sacs à dos.

Paul Drakos voulait aider les familles de Lytton, en Colombie-Britannique.

Photo : Offerte par Paul Drakos

Radio-Canada

Un étudiant ontarien a amassé assez de fonds pour offrir des sacs à dos remplis de fournitures scolaires à 300 enfants de Lytton, un village anéanti par les flammes en juin dernier, en Colombie-Britannique.

Lorsqu’il a entendu les nouvelles de l’incendie, Paul Drakos s’est senti poussé à agir. Étant étudiant, je réfléchissais à ces familles qui ont tout perdu.

Je voulais aider les enfants à se préparer pour la rentrée scolaire. [C'est] une chose de moins à faire pour les parents, souligne-t-il.

En quelques semaines, le jeune homme a récolté plus de 3000 $, qu’il a utilisés pour acheter, entre autres, des sacs à dos, des crayons, des stylos et des gommes à effacer.

Des voitures brûlées devant les ruines d'un bâtiment.

La multiplication des catastrophes naturelles risque d'augmenter les prix des assurances

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Les fournitures scolaires serviront aux anciens élèves des écoles Kumsheen ShchEma-meet et Stein Valley Nlaka'pamux, qui ont été déplacés depuis l’incendie qui a détruit 90 % du village.

Je suis impressionnée et émue, dit une administratrice de l’École Stein Valley Nlaka'pamux, Edith Loring-Kuhanga. Il a réussi à amasser des fonds pour 300 sacs à dos, c’est génial, absolument génial. Nous lui en sommes reconnaissants.

Paul Drakos, qui aspire à travailler dans le milieu de la santé, dit avoir toujours eu envie de venir en aide aux autres.

J’ai toujours été un membre actif de ma communauté, dit l’étudiant de l’Université McMaster. Comme membre du conseil étudiant, nous avons amassé des fonds et des denrées alimentaires pour diverses associations caritatives.

Son aide est fortement appréciée, selon Edith Loring-Kuhanga. Les familles vivent beaucoup de difficultés, et ces fournitures scolaires enlèvent un poids sur leurs épaules.

Avec les informations de Courtney Dickson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !