•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le meurtre d’un enfant de 3 ans à Winnipeg motivé par la vengeance, selon la Couronne

Hunter Straight-Smith debout et souriant.

Hunter Straight-Smith, 3 ans, a été poignardé dans son sommeil en 2019.

Photo : photo soumise par la famille

Radio-Canada

Daniel Jensen, l'homme accusé d'avoir poignardé à mort un enfant de 3 ans à Winnipeg en 2019, était animé par une colère envers la mère de l'enfant, estime la Couronne.

Son procès a débuté lundi matin et il est prévu pour 20 jours devant la Cour du Banc de la Reine du Manitoba.

Daniel Jensen est accusé de meurtre au premier degré dans la mort de Hunter Straight Smith. Les accusations ont été alourdies, à l'ouverture du procès, la Couronne prétendant que l'acte était prémédité. 

Le petit garçon a été poignardé plusieurs fois dans son sommeil le 30 octobre 2019, à la tête et au cou avec une arme blanche. Il a été transporté à l’hôpital où il est mort trois jours plus tard, après avoir été débranché des appareils qui le maintenaient en vie.

À son fondement, nous soutenons qu'il s'agit d'une affaire de violence conjugale, a affirmé la procureure de la Couronne Courtney St. Croix dans sa déclaration d'ouverture.

« C'est le cas d'un homme qui avait tellement de rage envers sa partenaire qu'il a pris la décision de la blesser de la manière la plus cruelle. » 

Avant la mort de l'enfant, M. Jensen était accusé de tentative de meurtre. 

Daniel Jensen a plaidé non coupable aux accusations de meurtre au premier degré.

Égoportrait de Daniel Jensen, vu de près. Il porte une tuque et a l'air sérieux.

Un juge avait ordonné à Daniel Jensen en juillet 2019 de ne pas avoir de contact avec la mère de l'enfant.

Photo : page Facebook de Daniel Jensen

Une soirée au bar

Des images de vidéosurveillance montrent que Daniel Jensen était au bar de l'hôtel Northern, rue Main, à Winnipeg, avec la mère du garçon. Une bagarre a éclaté entre eux au petit matin du 30 octobre. 

Par la suite, allègue la Couronne, l'accusé s'est dirigé vers la maison de l'avenue Pritchard, où l'enfant dormait. 

La procureure de la Couronne soutient que les actes de Jensen n'étaient pas impulsifs, mais un acte délibéré de vengeance.

Quelle que soit l'affection que Daniel Jensen pouvait avoir pour Hunter Straight, elle a été submergée par son désir de faire du mal à la mère de Hunter, a dit Courtney St. Croix.

Le jury a pu entendre un appel au 911 dans lequel les blessures de l'enfant étaient détaillées.

Un agent de police de Winnipeg qui s'est précipité au secours du garçon a été le premier témoin à la barre. 

Ce dernier, Derrick Klassen, a raconté qu'il s'était rendu au premier étage, où il a trouvé le garçon allongé sans bouger dans un lit.

Quand je l'ai vu, j'ai immédiatement cru qu'il était mort , a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il avait fait les manoeuvres de réanimation jusqu'à l'arrivée des ambulanciers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !