•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi le prix des ailes de poulet s’envole-t-il?

Ailes de poulet.

Ailes de poulet vietnamiennes au restaurant vietnamien Quan Ngon Delicious à Regina en 2020. Pour beaucoup, les ailes ont été un aliment réconfortant durant la pandémie.

Photo : Allan Pulga

Radio-Canada

Avec la réouverture des restaurants, les ailes de poulet connaissent une hausse de la demande auprès des consommateurs. Mais offrir cette option est de plus en plus complexe et coûteux pour les restaurateurs canadiens.

La situation s'expliquerait par une hausse du prix de la volaille et de l’huile de canola ainsi que des problèmes associés au transport international.

Si les ailes de poulet ne sont pas les seules à voir leur prix augmenter, elles illustrent bien certains défis auxquels l’industrie alimentaire et les chaînes d’approvisionnement font face en raison de la pandémie.

Un de nos fournisseurs nous a dit qu’il n’aurait pas d’ailes avant décembre , raconte Rob Dobrowolski, propriétaire de la brasserie Bonzzini’s, à Regina.

S'il réussit toujours à s'approvisionner en ailes de poulet, le prix de sa dernière commande a augmenté de 20 % et d'autres hausses sont à prévoir, selon lui.

Ailes de poulet en préparation dans une poêle.

Des ailes de poulet en cours de préparation au Mug Shotz Sports Bar & Grill à Calgary. La propriétaire du restaurant indique que la demande en ailes de poulet est « redevenue ce qu'elle était auparavant. »

Photo : Radio-Canada / Dave Mercer

Katie McKenzie, présidente de Wings Restaurants & Pubs, en Colombie-Britannique, estime que le prix des matières premières a augmenté de 30 % au cours des six à huit derniers mois, notamment en raison des coûts associés à l’alimentation des poulets.

Selon les chiffres de l’industrie, le prix en gros a augmenté d’environ 14 % par kilogramme à la mi-août par rapport à la même période en 2020 et de 35 % par rapport à août 2019.

Une question d'offre et de demande

L'industrie canadienne du poulet fait appel à un système de gestion de l'offre où les agriculteurs, les transformateurs et les membres de l'industrie de la restauration se réunissent toutes les huit semaines pour déterminer la quantité de poulet à produire, en fonction de la demande du marché.

Selon les Producteurs de poulet du Canada (PPC), 40 % de la production au pays est destinée à la restauration. Avec la fermeture des restaurants au début de la pandémie, un grand vide s’est créé.

Les analystes de NPD Group, qui suit les tendances dans l'industrie alimentaire, estiment que les ventes d'ailes de poulet dans les restaurants ont chuté d'environ 5 % au cours des 18 derniers mois.

En conséquence, la production de poulet a été réduite d'environ 10 à 12 % pour la période printemps-été 2020, selon Lisa Bishop-Spencer des PPC.

Poule.

Selon les Producteurs de poulet du Canada, la production de poulet a déjà commencé à augmenter ici et ailleurs dans le monde ce qui signifie que la disponibilité des ailes devrait également augmenter.

Photo : Radio-Canada

Avec la réouverture des restaurants et la hausse de la demande, la production de poulet a également repris.

Selon des responsables de l’industrie, jusqu'à la fin de l'année, la production de poulet sera plus élevée qu'en 2019 et 2020.

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui trouvent que l’offre est limitée en ce moment, ou que les prix sont un peu élevés , affirme Jean-Michel Laurin du Conseil canadien des transformateurs d'œufs et de volailles.

Mais une chose qui ne changera pas, c’est que les poulets n’ont que deux ailes.

Une citation de :Jean-Michel Laurin du Conseil canadien des transformateurs d'œufs et de volailles

En d'autres termes, le secteur ne peut pas produire un surplus de poulet uniquement pour répondre à la demande d'ailes. Pour répondre au besoin, le Canada doit donc avoir recours à l’importation d'ailes, une solution qui amène aussi son lot de défis.

Des problèmes à l'international aussi

Les États-Unis et le Brésil, premiers exportateurs mondiaux de volaille congelée, ont également connu, ces derniers mois, des problèmes qui ont eu un effet sur l'approvisionnement en ailes de poulet.

Une tempête particulièrement intense a frappé le Texas ainsi que les états voisins cet hiver et a eu un impact important sur les élevages de poulet. Au même moment, l'appétit des Américains pour les ailes est lui aussi monté en flèche.

Selon Kevin Grier, analyste du marché, le Brésil a aussi fait face à des problèmes de logistique, notamment en raison d'une pénurie de conteneurs maritimes.

De manière plus générale, certains ont évoqué cet été le spectre d'une pénurie mondiale d'ailes de poulet, bien que les responsables de l'industrie et les analystes affirment que le Canada n'a pas connu de pénurie.

Les clients sont de retour, mais les coûts augmentent

Charlene Pellerin, propriétaire de l'établissement Mug Shotz Sport Bar & Grill, à Calgary, affirme qu'il était très difficile de faire face aux hauts et aux bas de la pandémie, mais que les clients font de nouveau la file devant la porte de son restaurant cet été.

La demande d'ailes de poulet est redevenue ce qu'elle était auparavant , dit-elle.

Charlene et Clint Pellerin.

Charlene et Clint Pellerin, propriétaires du Mug Shotz Sports Bar & Grill à Calgary. Les clients sont revenus, mais les coûts ont aussi augmenté, affirment-ils.

Photo : Radio-Canada / Tony Seskus

Le bar a vendu plus de 1100 kilogrammes d'ailes par semaine et n'a pas eu de problème pour s'en procurer auprès d'un distributeur local.

Toutefois, les prix ont augmenté pour des produits comme les gants en plastique, la nourriture et l'huile de la friteuse, dont le coût a presque doublé, selon la propriétaire. La combinaison de ces facteurs a poussé la propriétaire à augmenter ses prix.

Avec les informations de Tony Seskus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !