•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouvrir ses portes sur les problèmes de santé mentale

Une chambre.

Des personnes en situation d'itinérance pourront passer jusqu'à 30 jours dans ce nouveau loft.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Radio-Canada

Le nombre de personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale a augmenté pendant la pandémie. Pour sensibiliser la population à cette réalité, le centre de rétablissement le Renfort, situé à Alma, a organisé une journée portes ouvertes dimanche.

C'est sûr que ce qu'on a vécu comme mesures, ça a créé plus de gens qui étaient seuls à la maison, des gens qui sont plus isolés, des gens qui ont aussi perdu leur emploi, qui n'ont pas pu travailler. Donc, au niveau de l'anxiété, on a vu vraiment une montée. Les inscriptions à nos groupes, on a des listes d'attente, ce qui n'était pas le cas avant , indique la directrice générale de l’organisme, Cynthia Tardif.

Au Québec, près d'une personne sur cinq fera face à des problèmes de santé mentale au cours de sa vie. La dépression, la schizophrénie et les troubles anxieux font partie des maladies les plus fréquemment diagnostiquées.

Après 33 ans de services, l'organisme travaille avec une vingtaine d'intervenants sur le territoire de Lac-Saint-Jean-Est. En moyenne, ils offrent des services à quelque 700 personnes par année.

Les services liés aux troubles mentaux sont multiples : hébergement, milieu de jour, insertion à l'emploi, soutien au logement, soutien aux membres de la famille. Le Renfort inaugure aussi un loft pour héberger des personnes itinérantes.

Le loft itinérance, c'est un nouveau service qu'on propose ici au Lac-Saint-Jean-Est. Pourquoi? Parce qu'il n'y avait pas de service direct et exclusif en situation d'itinérance ici. Donc, c'est sûr que c'était un besoin d'arriver avec un service offert vraiment plus pour eux , explique la coordonnatrice clinique au centre, Kate Harvey.

Samuel Dufour-Hovington au piano.

Samuel Dufour-Hovington soutient que le piano l'a beaucoup aidé à avancer.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

De son côté, Samuel Dufour-Hovington, qui est pair aidant au Renfort, croit qu’il reste beaucoup de travail à faire pour que les gens soient informés correctement des problèmes de santé mentale.

Au niveau de l'éducation, ce que j'aimerais un jour qui arrive, ce sont des cours d'empathie, des cours plus centrés sur la santé mentale pour qu'un jour la population puisse avoir cette éducation-là sur la santé mentale, prendre soin de soi , dit-il.

Il a lui-même connu des épisodes de psychoses et affirme s’en être sorti grâce au piano. Il offre maintenant du soutien aux gens qui fréquentent le Renfort, notamment à travers des ateliers d’art.

D’après le reportage de Romy Boutin St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !