•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patrimoine religieux à l’honneur cette fin de semaine

L'intérieur d'une église. On voit des bancs et des fresques au plafond.

L'église Sainte-Amélie abrite les célèbres fresques de l'artiste Guido Nincheri

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Radio-Canada

32 églises ont ouvert leurs portes gratuitement en fin de semaine dans l'Est-du-Québec, dans le cadre de la 4e année des Journées du patrimoine religieux organisées par le conseil du Patrimoine religieux du Québec.

18 de ces églises se trouvent au Bas-Saint-Laurent, huit en Gaspésie et six sur la Côte-Nord.

Parmi celles-ci, l’église Sainte-Amélie de Baie-Comeau a accueilli les touristes et les citoyens qui souhaitaient visiter ou revisiter l'église.

Pour la présidente de la Corporation de l'église Sainte-Amélie, Denise Dion, estime qu’une soixantaine de personnes ont visité l’église lors de portes ouvertes de samedi après-midi.

Elle croit que le patrimoine religieux a encore sa raison d'être en 2021.

Ce n’est pas la fin de l'église! Au contraire, je vous dirais qu'elle est sur une envolée de l'église Sainte-Amélie! Il y a tout le côté culturel, oui le côté religieux, mais aussi beaucoup le côté culturel, indique Mme Dion.

Denis Dion souriante devant l'église.

La présidente de la Corporation de l'église Sainte-Amélie, Denise Dion

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Certains visiteurs, comme Camille Cormier-Trudel, originaire de Rivière-du-Loup, n’ont pas l’habitude de visiter des églises.

Ça faisait longtemps que je n’étais pas entrée dans une église. Je ne suis pas habitué à rentrer, ce n’est pas un réflexe que j’ai, explique-t-elle.

Ce sont de beaux bâtiments qui ont été construits. Il y a beaucoup d’énergie, un travail d’architecture et artistique qu’aujourd’hui on ne revoit pas beaucoup indique Camille Cormier-Trudel.

On n’est pas au courant de comment ça a été construit. Il n’y a rien d’autre qui ressemble à ça, ajoute-t-elle.

Une autre visiteuse, Imelda Lévesque, est au contraire une grande habituée de l’église Sainte-Amélie.

C’est toute ma vie. Depuis que je suis toute petite, je viens ici, explique la dame qui partage une relation particulière avec le bâtiment.

Imelda Lévesque assise sur un banc d'église.

Imelda Lévesque est très attachée à l'église Sainte-Amélie.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

J’ai cru à l’importance de cette maison-là. Je disais au Seigneur, dans mon cœur, dans ma vie: c’est la plus belle de toutes les maisons. C’est elle notre maison”, ajoute Mme Lévesque, qui accorde une grande importance à la prière.

L'extérieur de l'église Sainte-Amélie.

L'église Sainte-Amélie.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Transformer la vocation des églises

En Gaspésie, des visites guidées de l’église Saint-Joseph de L'Anse-au-Griffon, à Gaspé, étaient organisées dimanche dans le cadre des Journées du patrimoine religieux.

Le centre communautaire Griffon a pour objectif de transformer l’église en espace communautaire.

Il y a une grande diminution de fréquentation. Alors nous avons initié ce projet pour répondre à un besoin qui a été manifesté par la population, pour la population, explique la présidente du centre communautaire, Mireille Bilodeau.

L’église Saint-Joseph vient d’ailleurs tout juste d’être citée comme immeuble patrimonial.

De participer aujourd’hui à cette journée du patrimoine religieux c’est comme une célébration d’une reconnaissance de notre travail, mais aussi une reconnaissance de notre patrimoine bâti, explique Mme Bilodeau.

Le projet prévoit d’ailleurs de préserver un lieu de culte en plus d’un centre communautaire dans le bâtiment.

Garder les églises telles quelles

Du côté de l’église Sainte-Cécile du Bic, où des visites ont également été organisées samedi et dimanche, la présidente de la Fabrique, Nicole Lavoie, tient mordicus à ce que ce patrimoine bâti reste dans le décor québécois tout en gardant sa vocation première.

Nicole Lavoie fait face à la caméra, elle est à l'intérieur de l'église Sainte-Cécile du Bic.

Nicole Lavoie est la présidente de la Fabrique de l'Église Sainte-Cécile du Bic.

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Je trouve que c'est important de garder ces lieux, ces grands lieux-là. Tous nos ancêtres ont mis du temps, de l'énergie, des bénévoles, année après année.

Une citation de :Nicole Lavoie, présidente de la Fabrique Sainte-Cécile du Bic

Nous autres, elle est [de] 1892 notre église, donc l'année prochaine ça va être son 130e anniversaire, donc on ne peut pas défaire tout l'intérieur pour la changer pour faire d'autre chose , met Nicole Lavoie de l’avant.

Un grand plan sur l'intérieur de l'église Sainte-Cécile du Bic. On peut y voir plusieurs bancs vides, des lumières, des poutres.

L'église Sainte-Cécile du Bic fêtera prochainement son 130e anniversaire.

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

La présidente soutient d’ailleurs qu'elle observe un engouement pour les journées du patrimoine religieux.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !