•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La gestion des déchets ménagers dangereux coûtera plus cher aux municipalités albertaines

Des contenants de peinture dans un sac de plastique de couleur jaune.

Les municipalités de l'Alberta recevaient des subventions pour les aider à collecter, transporter et éliminer les déchets ménagers dangereux comme les nettoyants, la peinture et l'antigel.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Radio-Canada

Des municipalités de l'Alberta déplorent de devoir payer plus pour l'élimination des déchets ménagers dangereux, comme l'eau de Javel, la peinture ou l'antigel, après que la province a apporté des modifications à un programme qui permettait d'en réduire le coût.

Les changements sont entrés en vigueur le 1er juin lorsque la province a confié l'exploitation du centre de traitement de Swan Hills à une société privée de gestion des déchets. Le centre a alors cessé d'accepter les déchets ménagers dangereux.

Le coût d'exploitation du centre pour la province a continuellement augmenté pour atteindre environ 30 millions de dollars par an, explique Paul Hamnett, attaché de presse du ministre de l'Environnement et des Parcs.

Les municipalités ont toujours couvert une portion du coût de la collecte des déchets ménagers dangereux, mais une grande partie de ce coût était compensée par le gouvernement provincial.

Les municipalités participantes disent à présent devoir assumer des coûts supplémentaires pour ces opérations, estimés à deux millions de dollars par an, jusqu'à ce que le nouveau programme de responsabilité élargie des producteurs (REP) entre en vigueur.

Cette approche vise à déplacer les coûts et la gestion du recyclage des municipalités à ceux qui fabriquent les produits et les consomment directement.

Pas dans les dépotoirs

La directrice générale du Conseil du recyclage de l’Alberta (RCA), Christina Seidel, affirme que les municipalités ont été prises au dépourvu par les changements apportés au programme.

Selon elle, elles doivent maintenant choisir entre organiser leur budget pour continuer à collecter les déchets dangereux ou cesser de le faire et risquer qu’ils se retrouvent dans les dépotoirs.

Si ces déchets finissent par se retrouver dans des sites d'enfouissement ordinaires, comment cela affectera-t-il les eaux souterraines? Comment cela affectera-t-il le système actuel de gestion des déchets? Parce que ces matériaux n'ont pas leur place au dépotoir, estime-t-elle.

La mairesse de Rocky Mountain House, Tammy Burke, indique que sa municipalité va poursuivre les collectes, mais qu'elle se sent frustrée par cette décision.

C'est juste un autre déchargement sur notre municipalité, regrette-t-elle.

Christina Seidel et Tammy Burke demandent à la province de continuer à financer les coûts supplémentaires engendrés par l'élimination des déchets ménagers dangereux jusqu'à ce que le nouveau programme de responsabilité élargie des producteurs (REP) entre en vigueur, d'ici 18 à 24 mois.

Avec les informations de Michelle Bellefontaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !