•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le village de T.-N.-L. qui ne voulait pas mourir

Un village côtier est encadré par des montagnes et la mer.

La communauté de Little Bay Islands a failli disparaître complètement en 2019.

Photo : Radio-Canada / Contribution : Carolyn Strong

Radio-Canada

La communauté insulaire de Little Bay Islands à Terre-Neuve-et-Labrador connaît une certaine renaissance, près de trois ans après un référendum qui a failli signer son arrêt de mort.

Des personnes tenant des guitares, une mandoline, un banjo sont réunies en cercle pour jouer de la musique à l'extérieur.

Les résidents saisonniers de Little Bay Islands à Terre-Neuve se sont rassemblés pour un festival de musique.

Photo : Radio-Canada / Contribution : Carolyn Strong

En 2019, les 55 résidents de l'île ont voté pour accepter l'offre du gouvernement provincial de déménager leur communauté. Le traversier reliant l'île à la province a fait son dernier voyage le dernier jour de l'année.

Les services essentiels, comme l'électricité et l'eau courante, ont été coupés.

Mais depuis, des résidents saisonniers reviennent habiter l'île pour un temps. La plupart ont des racines locales.

Tout le monde s'entraide , affirme Carolyn Strong. Les résidents qui ont des bateaux transportent leurs voisins vers l'île de Terre-Neuve. Un voisin lui a donné une citerne pour recueillir l'eau de pluie, et trois autres résidents lui livrent de l'eau potable.

Comme la plupart des résidents, Carolyn Strong a recours à des panneaux solaires et à une génératrice pour s'alimenter en électricité. Son téléphone et son lien Internet fonctionnent par satellite.

Une communauté marquée par l'essoufflement de la pêche

Little Bay Islands a été établie en 1825. Elle a déjà compté quelques centaines de résidents. La petite communauté de pêcheurs vivait bien jusque dans les années 80.

Le moratoire sur la pêche à la morue en 1992 a signifié le début de la fin pour la communauté, et la fermeture d'une usine de transformation du crabe en 2010 a accéléré l'exode de la plupart de ses résidents en âge de travailler. 

Carolyn Strong affirme que la vie n'est pas monotone. En allant promener mon chien, je rencontre les autres résidents. Je vais prendre le thé chez des amis. Je fais du pain pour mes voisins, et en retour ils m'offrent de la viande d'orignal en conserve et de la soupe aux pois.

Une femme d'âge moyen et une dame âgée se parlent, tout près l'une de l'autre.

Carolyn Strong, à droite, en pleine conversation avec une résidente de Little Bay Islands à Terre-Neuve.

Photo : Radio-Canada / Contribution :

Au début de l'été, la communauté a même organisé un festival de musique sur le quai. Il y avait des chanteurs et des musiciens. Nous avons passé une soirée formidable! lance Carolyn Strong.

Impossible d'aller bien loin sans rencontrer quelqu'un. Nous sommes tous des amis. Ça change tout.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !