•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : de grandes attentes en environnement dans l’Est-du-Québec

Des mains entourent des piles de monnaie sur lesquelles poussent de petits arbres.

L’environnement constitue un enjeu essentiel depuis plusieurs années. Le financement des organismes qui œuvrent en la matière fait notamment partie des revendications dans l'Est-du-Québec.

Photo : getty images/istockphoto / weerapatkiatdumrong

Radio-Canada

À quelques jours des élections fédérales, la protection de l'environnement et la lutte contre les changements climatiques est au cœur des préoccupations de nombreux citoyens. Les attentes à ce chapitre se font d’ailleurs nombreuses du côté de ceux et celles qui y travaillent au quotidien dans l'Est-du-Québec.

Pour bien des jeunes électeurs, la crise climatique devrait trôner au sommet des priorités du gouvernement qui sera porté au pouvoir à Ottawa, le 20 septembre. C’est le cas de Xavier Gravel, étudiant et président de l’Association générale des étudiants du Cégep de Rimouski.

Xavier Gravel, devant le Cégep de Rimouski.

Xavier Gravel est étudiant et président de l’Association générale des étudiants du Cégep de Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Peu importe le parti qui se retrouvera au pouvoir dans quelques jours, tous espèrent, selon le militant, que la crise climatique prendra plus de place que celle qu'elle occupe dans la campagne jusqu'ici.

Dans nos attentes, c'est vraiment que tous les débats soient orientés vers l'environnement et que le gouvernement en place comprenne en fait l'urgence climatique, fait valoir Xavier Gravel.

Il faut agir, encore plus et toujours plus, tout simplement.

Une citation de :Xavier Gravel, étudiant et président de l’Association générale des étudiants du Cégep de Rimouski

Plusieurs organismes qui œuvrent à la protection de l'environnement ressentent également cette urgence.

Hausse du niveau de la mer, érosion, lutte contre les plantes exotiques envahissantes, perte de biodiversité : les défis sont nombreux, et certaines organisations aimeraient être mieux outillées pour y faire face.

J'aimerais bien qu'on revoie un peu la façon de distribuer les fonds dans les organismes environnementaux comme le nôtre, mais d'autres aussi, explique pour sa part Françoise Bruaux, directrice du Comité ZIP du Sud-de-L’Estuaire.

Des fonds récurrents souhaités

Des organismes environnementaux comme celui que dirige Mme Bruaux dépendent en grande partie d'Ottawa pour financer leurs activités. Or, ils n'ont pas accès à un financement de fonctionnement récurrent.

Les fonds fédéraux sont plutôt octroyés par projets, ce qui cause certaines difficultés. Par exemple, les organismes n'ont pas les moyens de garantir des emplois au-delà des initiatives pour lesquelles ils embauchent, ce qui entraîne une perte d'expertise sur le terrain.

En 5 ans, j'ai perdu 12 employés qui sont partis travailler dans des ministères pour de meilleures conditions d'emploi. Quand ils vont dans des ministères, ils vont beaucoup moins sur le terrain, déplore Françoise Bruaux.

Françoise Bruaux, directrice du Comité ZIP du Sud-de-L’Estuaire, en entrevue avec Radio-Canada.

Françoise Bruaux est directrice du Comité ZIP du Sud-de-L’Estuaire.

Photo : Radio-Canada

Les délais peuvent également être importants, déplore le président du Réseau d’observation des mammifères marins, William Grenier. Quand on reçoit les accords ou les ententes seulement au mois de septembre, il est déjà trop tard, les mammifères marins sont partis, explique-t-il.

Le président du Réseau d’observation de mammifères marins, William Grenier, lors d'une entrevue menée par visioconférence

Le président du Réseau d’observation des mammifères marins, William Grenier

Photo : Radio-Canada

Selon ces deux organismes, un financement plus stable permettrait de mieux planifier les interventions.

La récurrence pourrait ainsi permettre de voir un peu plus à long terme. On ne monte pas juste un projet sur deux ans, on peut monter des projets à plus long terme, avoir des évolutions dans le projet, défend William Grenier.

Selon le reportage de Michaële Perron-Langlais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !