•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entrée en vigueur de nouvelles mesures pour les conducteurs de véhicules hors route

VTT

Un permis de conduire est nécessaire pour conduire un véhicule hors route en sentier, sur une terre publique ou sur une terre privée.

Photo : ANDREW VAUGHAN

Radio-Canada

Les conducteurs de véhicules hors route (VHR) doivent désormais détenir un permis de conduire valide pour pouvoir circuler en sentier, sur une terre publique ou sur une terre privée.

La nouvelle mesure de la Loi sur les véhicules hors route adoptée en décembre dernier par l'Assemblée nationale est entrée en vigueur vendredi.

Les mesures administratives du Code de la sécurité routière liées aux capacités affaiblies s’appliqueront également à la conduite d’un VHR, rappelle CAA Québec.

La réforme de l'encadrement des VHR au Québec a pour but d'améliorer la sécurité des utilisateurs, notamment dans les sentiers, indique la conseillère en communication chez CAA-Québec Andrée-Ann Déry.

Ce sont de nouvelles exigences qui viennent s'ajouter, et ça reste que l'objectif derrière ces exigences-là et la récente réforme de la loi, ça vise principalement à renforcer la sécurité des amateurs de ce type d'activités et aussi les autres usagers, qu'ils soient sur la route ou les terrains, les chemins privés, dit-elle.

On sait que maintenant ce type de sport ou d'activité est plus populaire que jamais avec la pandémie, donc ça vient renforcer la prudence et l'encadrement pour ce type d'usagers, ajoute Andrée-Ann Déry.

Une mesure bien accueillie par le président du Club Quad du Cuivre Rouyn-Noranda.

Il rappelle que le permis de conduire était déjà obligatoire, mais juste pour traverser les routes du ministère des Transports.

Ça permet de régulariser une situation qui n'était pas trop problématique ici. Mais il y en a qui disent qu'ils n'ont pas besoin de permis, surtout des enfants de 14 ou 15 ans, c'est dangereux et ils se permettaient de se promener dans des sentiers fédérés, mentionne Michel Fortin.

Il rappelle aussi que la loi va permettre aux agents de surveillance des sentiers d'agir.

Sur nos sentiers quand on intercepte quelqu'un, on lui demande son permis de conduire, sa preuve d'assurance et sa vignette, donc ça va amener des amendes et des constats. Et il y a des patrouilleurs provinciaux, qui ont les mêmes autorisations que les policiers, qui peuvent émettre des constats immédiatement. Nous autres, on doit transmettre à notre répartiteur tout règlement qui est enfreint. Mais ça va augmenter la sécurité, explique le responsable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !