•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre irakien en Iran pour parler des relations économiques

Moustafa al-Kazimi et Ebrahim Raïssi en conférence de presse conjointe, devant leurs drapeaux respectifs.

Le président iranien Ebrahim Raïssi, à droite, et le premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi discutent lors de leur rencontre à Téhéran, en Iran, le dimanche 12 septembre 2021.

Photo : Associated Press

Agence France-Presse

Le premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi a rencontré dimanche pour la première fois le président iranien Ebrahim Raïssi, pour discuter notamment des relations économiques entre les deux pays voisins, a-t-on appris de source officielle.

Premier dirigeant étranger à rendre visite au nouveau chef du gouvernement iranien, le premier ministre Kazimi est arrivé à la tête d'une délégation politique et économique de haut niveau, a indiqué l'agence officielle Irna.

Le premier ministre irakien nous a donné une bonne nouvelle concernant l'exemption de visa pour les Iraniens, a indiqué M. Raïssi au cours d'une conférence de presse conjointe.

Les relations financières et monétaires entre les deux pays ont également été discutées, a-t-il ajouté.

Selon M. Raïssi, le premier ministre irakien a également promis d'augmenter autant que possible le nombre de pèlerins pouvant participer à la marche d'Arbaïn, commémoration chiite devant être célébrée cette année le 27 septembre.

Moustafa al-Kazimi, qui a été reçu par une garde d'honneur, a déclaré avoir discuté de plusieurs dossiers économiques conjoints et de projets stratégiques, ainsi que de l'accroissement des échanges commerciaux, qui sert les intérêts des deux peuples.

La visite du premier ministre Kazimi intervient alors que l'Irak cherche à se poser en médiateur entre les pays arabes et Téhéran. Depuis le mois d'avril, Bagdad tente de faciliter les pourparlers entre l'Iran et l'Arabie saoudite, afin de réduire les tensions entre les deux puissances régionales.

Moustafa al-Kazimi devait discuter notamment de la coopération énergétique et des relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite, a-t-on appris vendredi auprès d'une source irakienne.

Au menu notamment, les dettes irakiennes. Confronté à une pénurie énergétique, Bagdad s'est tourné vers son voisin qui lui fournit un tiers de sa consommation en gaz et en électricité.

Mais cet été, l'Iran a suspendu ses exportations vers l'Irak pendant quelques jours en raison d'une ardoise énergétique de 6 milliards de dollars.

Les entretiens devaient porter également sur le nombre de visas délivrés aux Iraniens qui se rendent en Irak pour participer au pèlerinage d'Arbaïn.

Un accord avait été trouvé pour délivrer 40 000 visas, dont 30 000 aux pèlerins iraniens, mais Téhéran a demandé de doubler ce chiffre.

Les années précédentes, ce sont des millions de pèlerins iraniens qui affluaient vers la ville sainte irakienne de Kerbala, mais des restrictions ont été imposées cette année en raison de la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !