•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pénurie de personnel électoral préoccupe Élections Canada

Élections Canada a trouvé jusqu’à présent moins de 60 % de ses préposés au scrutin pour le vote par anticipation et le vote général du 20 septembre prochain.

Une femme dépose son vote dans une boîte en carton.

Des résidents de Toronto ont été voter par anticipation vendredi.

Photo : Evan Mitsui/CBC

« Il nous manque du personnel à tous les postes », lance Julie Messier, directrice de scrutin dans la circonscription de Notre-Dame-de-Grâce–Westmount. Elle est toujours à la recherche de 150 personnes pour atteindre son objectif de 450 préposés au scrutin.

Les besoins sont particulièrement criants pour le jour du vote, explique-t-elle. Des personnes qui souhaitent devenir, le temps d’un jour ou de quelques jours, des préposés à l’information qui vont accueillir les électeurs, des agents d’inscription, des scrutateurs ou encore des superviseurs de centre de scrutin.

Traditionnellement, un gros bassin des employés des élections est composé de retraités ou de semi-retraités. Beaucoup de ces gens-là, en raison de la pandémie, nous ont dit préférer ne pas s’exposer cette fois-ci.

Une citation de :Julie Messier

La pénurie de main-d'œuvre qui touche bien des secteurs d’activités en ce moment accentue également le manque de personnel électoral cette année, ajoute Pierre Pilon, directeur régional des communications pour Élections Canada. Il précise qu’en date du vendredi 10 septembre, seulement 125 000 employés avaient été embauchés, ce qui représente 58 % de la cible souhaitée. Notre-Dame-de-Grâce–Westmount fait d’ailleurs partie d’une vingtaine de circonscriptions où le besoin de recrutement se fait plus urgent.

Circonscriptions prioritaires pour le recrutement de personnel électoral - Québec

  • Argenteuil–La Petite-Nation
  • Beloeil–Chambly
  • La Pointe-de-l'Île
  • LaSalle–Émard–Verdun
  • Longueuil–Saint-Hubert
  • Manicouagan
  • Notre-Dame-de-Grâce–Westmount
Pierre Pilon souriant à la caméra.

Pierre Pilon demeure convaincu qu'Élections Canada trouvera suffisamment d'employés dans la prochaine semaine pour que l'élection se déroule rondement.

Photo : Gracieuseté de Pierre Pilon

Ce n’est pas inhabituel d’être en recherche de travailleurs après le début du vote par anticipation, mais cette année, le problème est définitivement accru.

Une citation de :Pierre Pilon

Pourtant, les objectifs de recrutement de personnel électoral étaient plus modestes cette année. Élections Canada souhaite embaucher 215 000 personnes, alors que la cible était de 250 000 pour l’élection générale de 2019. Cet objectif est moins ambitieux, selon Pierre Pilon, d’une part parce que la campagne électorale en cours est particulièrement courte, et aussi parce qu’il était prévu que le vote postal soit plus populaire que d’habitude cette fois, ce qui se confirme déjà.

De plus, exceptionnellement, les besoins en personnel sont un peu réduits parce qu’un seul scrutateur sera présent à chaque table de scrutin, au lieu de deux comme d’habitude, ajoute le porte-parole d’Élections Canada.

Appel à la participation

Devant les besoins non comblés de personnel, Julie Messier a décidé de prendre les grands moyens. Cette semaine, certains de ses employés se déplaceront aux abords du Collège Dawson et de l’Université Concordia, dont un pavillon se trouve dans sa circonscription, afin de convaincre certains étudiants de s’impliquer et de donner du temps pour les élections le 20 septembre prochain. On essaie d’être créatifs, de trouver des façons différentes de susciter la participation et l’intérêt, indique la femme qui en est à sa première expérience comme directrice de scrutin.

Julie Messier portant des lunettes pose devant une pancarte d'Élections Canada.

Julie Messier est pour la première fois directrice de scrutin et reconnaît qu'elle n'a pas choisi l'élection la plus simple et la plus routinière comme baptême du feu.

Photo : Gracieuseté de Julie Messier

On n’a pas le temps de paniquer. Mais c’est pour nous un gros facteur de stress et d’insécurité de ne pas savoir si on va avoir tout le monde nécessaire en poste. Elle ajoute toutefois être convaincue de trouver dans les prochains jours le nombre suffisant d’employés pour faire fonctionner adéquatement le scrutin.

Le message qu’elle désire lancer? Élections Canada a besoin de vous pour faire de l’élection un succès. Et le scrutin se déroulera dans un cadre sécuritaire pour tous!

Pierre Pilon rappelle que tout Canadien âgé de 16 ans ou plus peut postuler en ligne, sur le site web d’Élections Canada, pour rejoindre les rangs des travailleurs électoraux. Il précise que la formation donnée aux employés électoraux peut se faire en ligne, en personne ou bien de manière hybride, selon le type de tâche ou la préférence du travailleur.

Défis et adaptation en raison de la pandémie

Les organisateurs du vote ont dû faire face à plusieurs défis en cette année de scrutin teintée par la pandémie de COVID-19. La sécurité des électeurs et des employés est au cœur des priorités des organisateurs de la 44e élection générale au Canada, affirme Pierre Pilon.

Parmi les nouvelles règles sanitaires mises en place dans tous les sites de vote, il y a celles que tout le monde connaît désormais, comme le lavage des mains, le port du masque obligatoire et le respect de la distanciation de deux mètres entre les personnes. De plus, les électeurs se verront remettre au moment de voter un crayon à usage unique. Ils pourront s’ils le préfèrent utiliser leur propre crayon. Tel que mentionné, il n’y aura exceptionnellement qu’un scrutateur par table.

Les stations de vote seront par ailleurs régulièrement désinfectées et un plexiglas séparera le scrutateur des électeurs. Ces mesures sont déjà en place pour le vote par anticipation.

La location de lieux de vote a par ailleurs été un autre défi auquel Élections Canada a été confronté. Nous devions trouver des locaux suffisamment vastes pour assurer le respect des règles de distanciation, explique Pierre Pilon, ajoutant que plusieurs de leurs lieux de vote traditionnel étaient devenus inadéquats pour la tenue de cette élection.

Il se peut que l’attente en ligne soit un peu plus longue qu’à l’habitude. On demande aux gens de se préparer à être patients.

Une citation de :Pierre Pilon, porte-parole d’Élections Canada

Cet ajout de mesures sanitaires et le nombre plus petit de bureaux de scrutin pourraient ralentir quelque peu le vote, prévient Pierre Pilon. Il demande ainsi aux électeurs leur compréhension et leur collaboration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !