•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un festival western sans grandes foules à Saint-Tite, mais des rodéos tout aussi attendus

Un spectateur observe un rodéo aux grandes estrades Coors Original.

La pandémie change le visage du Festival western de Saint-Tite. Les estrades ne sont pas aussi pleines qu'à l'habitude.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Le Festival western de Saint-Tite s’est amorcé vendredi dans une ambiance bien différente de celle dont on a l'habitude à cet événement qui attire bon an mal an 650 000 festivaliers.

Les spectateurs rencontrés sur place sont heureux de retrouver leur festival. Ils sont toutefois bien moins nombreux à assister aux rodéos. La capacité des grandes estrades est de 2500 spectateurs, alors qu’elles peuvent en contenir 7500 normalement.

Les compétitions sont aussi touchées par le contexte pandémique. Cinq fois moins de cowboys y participent. Les spectateurs affirment cependant que la qualité du spectacle n’en est pas altérée.

En raison de la pandémie, la plupart des compétiteurs sont des candidats locaux et une dizaine de participants seulement viennent des États-Unis. Plus de 150 cowboys américains foulent le sol du Festival habituellement. Les organisateurs de l’événement soutiennent que c’est l’occasion pour les talents locaux d’émerger.

La vie des cowboys a subi de grands changements de rythme. À la fin de l’année, ils auront participé à plus ou moins cinq compétitions, alors qu’ils en font normalement une quarantaine par année. Avant la reprise des rodéos au Festival de Saint-Tite, ils ont passé un an et demi sans se produire devant public.

La pandémie a aussi ralenti leur entraînement. Sylvain Bourgeois, directeur des rodéos du Festival, note qu’ils sont nombreux cette année à s’être expatriés aux États-Unis, où l’entraînement s’est poursuivi plus intensivement malgré la COVID-19.

En marge des rodéos, la santé publique a mis en place une clinique de vaccination et une clinique de dépistage sur le site du Festival. Peu de gens s’y sont présentés au moment où Radio-Canada était de passage à Saint-Tite. Quelques passants ont accosté les équipes de la santé publique pour obtenir des informations sur le passeport vaccinal, entre autres.

Les retombées économiques du Festival avoisinent habituellement les 45 millions de dollars. Ces revenus profitent aux commerçants, aux organismes et aux résidents, mais ces derniers ne fondent pas de grands espoirs sur l’achalandage réduit cette année.

Plusieurs commerçants espèrent tout de même que le Festival pourra attirer 50 000 visiteurs, ce qui leur permettrait de demeurer rentables.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel et d’Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !