•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une récolte de blé sur Wellington Crescent permet d’offrir 20 000$ à Harvest Manitoba

Un tracteur sur un espace vert..

Espace sur lequel le blé a été semé sur Wellington Crescent à Winnipeg.

Photo :  CBC / Walther Bernal

Radio-Canada

Une récolte de blé semé sur la pelouse d’une maison de Wellington Crescent, en pleine ville de Winnipeg a permis de recueillir un montant de 20 000 $ au profit des banques alimentaires de l’organisme Harvest Manitoba.

Il y a quelques mois, Rick Rutherford et quelques-uns de ses amis de l'industrie agricole ont semé du blé sur sa pelouse de Wellington Crescent, afin de présenter l'agriculture moderne en milieu urbain.

Les membres du public étaient invités à assister à la récolte, jeudi. 

Beaucoup de gens du secteur agricole qui étaient présents ont vu leurs revenus chuter de 50 % à cause de la sécheresse, et ils étaient là, avec leurs portefeuilles, à donner de l'argent à Harvest , a déclaré M. Rutherford. C'était vraiment touchant pour moi.

Ceux qui ont apporté des denrées alimentaires non périssables ont reçu en cadeau l'une des 80 miches de pain fabriquées à partir de farine de blé.

Rich Rutherford debout.

Rich Rutherford est le propriétaire de la pelouse de Wellington Crescent sur laquelle le blé a été semé.

Photo :  CBC / Walther Bernal

Les technologies agricoles du futur

La récolte de blé a permis aux auteurs de l’initiative de présenter au public certaines méthodes agricoles non traditionnelles qui pourraient devenir plus importantes pour nourrir la population qui ne cesse de croître.

C'est le cas de l’édition génomique, une technologie en croissance, selon Logan Skori, cofondateur de la société de biotechnologie AgGene Inc. Research et scientifique spécialisé dans le domaine.

C'est une technologie très importante si nous voulons nourrir le monde, note-t-il. Le plus grand avantage de l'édition génomique est que nous sommes en mesure de développer des produits et des traits génétiques pour les plantes beaucoup plus rapidement.

Il précise que l'édition génomique permet de modifier l'empreinte génétique des plantes en deux ou trois ans, ce que les techniques traditionnelles de sélection des plantes mettent une décennie à réaliser.

Selon lui, cela est nécessaire en raison des pressions croissantes exercées sur la production alimentaire par le changement climatique et l'essor démographique. Il cite également le penchant d'une bonne partie de la population pour les aliments végétaux dans l'alimentation quotidienne.

Avec les informations de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !