•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une policière de la GRC hors fonction sauve la vie d’un bébé sur l’île de Vancouver

Denise Laforest en compagnie de ses deux filles.

L'agente de la GRC Denise Laforest conduisait en compagnie de ses deux jeunes enfants lorsqu'elle s'est arrêtée pour aider une famille en crise sur l'île de Vancouver.

Photo : GRC de Nanaimo

Radio-Canada

Un bébé qui s'étouffait a la vie sauve grâce à une policière de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) hors fonction qui a rencontré par hasard sa famille en crise au bord de l’autoroute 19, dans le nord de l’île de Vancouver.

La gendarme Denise Laforest se rendait à son nouveau poste, à Alert Bay, en compagnie de ses deux filles, lorsqu’elle a aperçu une voiture qui circulait en sens inverse s'arrêter brusquement sur l'accotement, à mi-chemin entre Woss et Sayward.

Je continuais à conduire, j’ai regardé dans mon rétroviseur, puis j’ai vu le conducteur courir désespérément vers le siège arrière et j’ai senti que quelque chose de vraiment grave se passait, a-t-elle raconté à l’émission All Points West, de CBC. J’ai donc fait un demi-tour rapide et me suis rangée derrière eux.

Au moment où elle sortait de sa voiture, le conducteur tirait un bébé de 17 mois très affaibli hors de son véhicule.

Elle avait de la difficulté à respirer et devenait bleue, explique Denise Laforest. La toute-petite s’était étouffée avec des patates rissolées de type hash brown.

Après avoir constaté qu’elle n’avait plus de signes vitaux, la policière a pratiqué la réanimation cardio-respiratoire.

Mauvais signal cellulaire

Puisqu'un appel au 911 était impossible, faute de signal cellulaire, Denise Laforest a demandé au père de la petite fille de prendre sa voiture et de rouler pendant quelques minutes, le temps de rejoindre une équipe d’ouvriers qu’elle avait vus peu avant près de la route et qui pourraient avoir un téléphone fonctionnel.

Après quelques minutes de manœuvres de réanimation, le bébé a recommencé à respirer, puis le morceau de nourriture s'est enfin délogé.

À leur arrivée, les travailleurs de la construction ont aidé à la circulation des automobiles, puis les deux familles se sont rendues ensemble à un poste de secours à proximité pour y faire examiner l'enfant.

Je me suis sentie tellement soulagée, affirme Denise Laforest. J’ai continué à rassurer la famille, le père était content, il m’a donné un grand câlin et m’a remercié d’avoir sauvé sa petite fille.

Je suis extrêmement reconnaissante de m’être trouvée au bon endroit, au bon moment, avec mon entraînement et la confiance d’utiliser cet entraînement de façon appropriée, et de rester calme tout le long de la situation, dit-elle.

Avec des informations d'All Points West

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !