•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

11 Septembre : l’unité est « notre plus grande force », dit Joe Biden dans une vidéo

Joe Biden quitte la Maison-Blanche en saluant les caméras.

Le président américain, Joe Biden, s'apprête à quitter la Maison-Blanche pour commémorer le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Il doit se rendre samedi sur les trois lieux emblématiques des attentats : à New York, sur le site du Pentagone et en Pennsylvanie, où s'est écrasé un avion détourné par des djihadistes il y a vingt ans.

Photo : Getty Images / Kevin Dietsch

Agence France-Presse

Joe Biden a appelé vendredi les Américains à l'unité, « notre plus grande force », dans un message vidéo publié vendredi, à la veille de la commémoration des 20 ans du 11 Septembre.

C'est pour moi la leçon centrale du 11 Septembre. C'est que lorsque nous sommes les plus vulnérables [...], l'unité est notre plus grande force, déclare le président américain, filmé à la Maison-Blanche, dans un message d'un peu plus de six minutes.

Le président américain et son épouse, Jill, se rendent samedi sur les trois lieux emblématiques des attentats du 11 septembre 2001 : à New York, sur le site du Pentagone et en Pennsylvanie, où s'est écrasé un avion détourné par des djihadistes il y a 20 ans.

Mais il n'est pas prévu que le président, très critiqué pour sa gestion du retrait d'Afghanistan et qui peine à endiguer la pandémie de COVID-19, prenne la parole en public lors des cérémonies prévues.

L'unité ne veut pas dire que nous devons tous croire la même chose, mais il est essentiel que nous nous respections, et que nous ayons foi les uns dans les autres, a encore dit Joe Biden dans son message vidéo à une Amérique profondément divisée.

Les États-Unis rendent hommage aux morts du 11 Septembre

Les États-Unis commémorent samedi les 20 ans du 11 Septembre au cours de cérémonies mémorielles et solennelles en hommage aux quelque 3000 morts des attentats d'Al-Qaïda.

En deux décennies, les attentats djihadistes les plus meurtriers de l'histoire sont désormais ancrés dans l'histoire politique et la mémoire collective des États-Unis.

Le sanctuaire national grec orthodoxe de Saint-Nicolas, éclairé, à New York.

Le sanctuaire national grec orthodoxe de Saint-Nicolas, en bas à droite, est illuminé pour la première fois, vendredi 10 septembre 2021, au World Trade Center à New York, marquant une étape importante dans la reconstruction du seul lieu de culte détruit le 11 septembre.

Photo : Associated Press / Mark Lennihan

Le président Joe Biden présidera en silence l'hommage aux 2977 morts (dont 2753 à New York) depuis Ground Zero, où s'élevaient jadis les tours jumelles du World Trade Center (WTC).

Une minute de silence sera observée à 8 h 46, heure à laquelle le premier avion avait percuté la tour nord.

Cinq autres minutes de silence et des hommages musicaux se succéderont jusqu'à 12 h 30 pour marquer les tragédies de ce funeste matin : l'effondrement des tours de New York, l'attaque contre le Pentagone près de Washington et l’écrasement d'un des avions à Shanksville, en Pennsylvanie.

Faisceaux de lumière

Comme chaque 11 septembre, trois heures durant, seront lus au mémorial de New York les noms de près de 3000 morts. D'immenses faisceaux de lumières verticaux se dressent déjà depuis les deux immenses bassins noirs qui ont remplacé la base des tours.

Sur Times Square, au cœur de Manhattan, le poumon économique de la première puissance mondiale où sont traditionnellement fêtées les victoires de l'Amérique, un rassemblement et des moments de recueillement sont également prévus.

Chaque Américain, victime ou témoin du 11 Septembre, se prépare aussi à rendre hommage à un proche disparu. Frank Siller est allé plus loin. Ce frère d'un pompier de Brooklyn mort au WTC a marché 537 miles (864 km entre Washington et New York) du Pentagone à Shanksville jusqu'à Ground Zero et récolte des fonds pour soutenir des familles de victimes.

L'Amérique n'a jamais oublié Pearl Harbor, elle n'oubliera jamais le 11 Septembre, affirme M. Siller à l'AFP.

De fait, relèvent des chercheurs, le cataclysme du 11 Septembre a bouleversé la société et la politique américaines et est devenu en une génération un chapitre d'histoire inscrit dans la mémoire du pays. Comme Pearl Harbor, le Débarquement ou l'assassinat de Kennedy.

Les attentats constituent un souvenir toujours à vif pour des dizaines de millions d'adultes américains, mais une conscience historique plus partielle pour les jeunes nés depuis les années 1990.

C'est important qu'ils sachent ce qui s'est passé ce jour-là, car il y a toute une génération qui ne le comprend pas vraiment, plaide Monica Iken-Murphy, veuve d'un courtier qui travaillait dans la tour sud du WTC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !