•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Serenity : l’enquête publique sur le décès de la fillette a commencé

Les audiences sont prévues jusqu'au 21 septembre. Au moins 16 témoins seront entendus dans ce processus.

Serenity, 4 ans

La petite Serenity est morte en septembre 2014 alors qu'elle était placée sous la tutelle de proches de sa mère.

Photo : Photo fournie à CBC/Radio-Canada

Radio-Canada

L’enquête publique pour lever le voile sur les circonstances qui ont mené au décès tragique de Serenity, une fillette crie de quatre ans, a débuté jeudi à Edmonton.

L’enfant est morte à la suite d’un traumatisme crânien qu'elle aurait subi lors d’une chute en balançoire. Son autopsie a cependant révélé des signes de malnutrition et de violence corporelle.

Au moment des faits, la petite était sous la tutelle de sa grand-tante et de son grand-oncle, en raison d’un arrangement de prise en charge par la parenté avec les services sociaux de la province.

J’ai l’impression d’être la victime de quelque chose qui n’est qu’accidentel, a déclaré la grand-tante aux débuts des audiences. Elle a été une des premières appelées à témoigner dans le cadre de cette enquête, avec le grand-oncle de Serenity.

Aucun des deux n'a réussi à trouver du travail depuis la mort de l’enfant, en plus de recevoir de l’opprobre de leur communauté, a-t-elle ajouté.

Plusieurs versions des faits

La fillette n’a pas été victime de maltraitance dans leur demeure, ont affirmé les gardiens légaux en Cour provinciale jeudi. Ils assurent par ailleurs n’avoir jamais été au courant d’aucune des blessures infligées à Serenity.

Une travailleuse sociale des services à l’enfance temporairement responsable du dossier a cependant laissé entendre le contraire vendredi.

Selon elle, la mère de Serenity a soulevé des inquiétudes par rapport aux blessures corporelles et à la malnutrition de son enfant à plusieurs reprises alors qu'elle était sous la responsabilité de la grand-tante.

Un membre des services à l’enfance a lui aussi émis des doutes sur le bien-être de la petite, ainsi que de son frère et de sa sœur plus âgés, alors qu’il supervisait une fête d’anniversaire dans l’un de ses centres.

Par contre, la travailleuse n’a pas été en mesure de confirmer ni d'infirmer ces allégations lors d'une visite planifiée chez la grand-tante et le grand-oncle de Serenity à ce sujet.

Trouver la vérité

La grand-tante et le grand-oncle de Serenity ont été accusés en 2017 de faillir à leur devoir de fournir les choses nécessaires à l’existence de l'enfant entre mai 2013 et septembre 2014.

Néanmoins, l'accusation a été suspendue en 2019 par la Couronne, faute de probabilité raisonnable de condamnation après révision des preuves.

Cette enquête publique n'a donc pas pour but de jeter le blâme, mais plutôt de lever le voile sur les circonstances qui ont mené au décès tragique de l'enfant de quatre ans.

Au terme de l'enquête, la juge pourra proposer des recommandations afin de prévenir des décès similaires dans le futur.

Les audiences sont prévues jusqu'au 21 septembre. Au moins 16 témoins, dont plusieurs travailleurs sociaux, un policier et le médecin légiste seront entendus dans ce processus.

La mère de Serenity va témoigner à ce sujet la semaine prochaine.

La mort de Serenity a provoqué un tollé en Alberta. Une loi portant son nom a par ailleurs reçu une sanction royale de l’Assemblée législative de la province.

Avec les informations de Paige Parson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !