•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin judoka de Winnipeg a contribué à la sécurité du judo pendant la pandémie

Le Dr Pierre Plourde est vêtu de son uniforme blanc de judoka. Il porte la ceinture noire.

Pierre Plourde, médecin hygiéniste à l'Office régional de la santé de Winnipeg, pratique le judo depuis près de 60 ans.

Photo : Pierre Plourde

Médecin hygiéniste à l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), le Dr Pierre Plourde a fait d’une pierre deux coups en jumelant sa profession à sa passion pour le judo afin d’aider les athlètes manitobains et canadiens à retourner rapidement sur le tatami.

Depuis plus de 25 ans, Pierre Plourde est actif auprès du Club de judo de Saint-Boniface. Il en est le président depuis une quinzaine d’années en plus d’entraîner les jeunes âgés de 6 à 12 ans.

Pendant la pandémie, malgré quelques interruptions de quelques semaines, les judokas manitobains ont eu la chance de pouvoir continuer à pratiquer leur sport en toute sécurité grâce à son engagement bénévole. Il a participé à l’élaboration du plan de retour au sport pour les athlètes manitobains, et son opinion a été sollicitée par les dirigeants de Judo Canada.

Des arts martiaux, c’est un contact intense entre deux adversaires. Comment peut-on faire ça en toute sécurité? Ça m’intéressait comme médecin, entraîneur et judoka. […] Le document national m’a montré que c’était possible de pratiquer le judo durant la pandémie avec certaines précautions, explique le Dr Plourde, qui s’en est inspiré dans ses conseils pour la mise sur pied du plan manitobain.

Dans une première phase, les judokas se sont entraînés en solitaire pour garder la forme. Par la suite, ils ont pu s’entraîner dans une même bulle de deux ou trois judokas, en conservant le masque. La désinfection des pieds et des mains était aussi exigée.

L’implication du Dr Plourde a été saluée par le directeur général de Judo Canada et ancien Olympien, Nicolas Gill.

[Il était] plutôt méconnu du judo canadien avant le printemps 2020, son implication inespérée nous a fait découvrir un judoka qui représente parfaitement les valeurs du judo : modestie, sincérité, politesse et respect! Sa contribution et son expertise nous ont permis d’offrir à nos membres des protocoles de première qualité qui ont par la suite permis une reprise sécuritaire du judo à travers le pays, a-t-il souligné par voie de communiqué.

Dr Pierre Plourde porte un stéthoscope autour du cou. Il est photographié devant une carte du monde et d’un bac jaune contenant des déchets médicaux.

En plus de travailler à l'Office régional de santé de Winnipeg, le Dr Pierre Plourde est professeur à l'Université du Manitoba. Il s'intéresse entre autres à l'épidémiologie des Canadiens qui voyagent à l'étranger.

Photo : Pierre Plourde

Selon le Dr Plourde, certains de ces protocoles pourraient rester après la pandémie, notamment en ce qui concerne une désinfection plus fréquente du tatami. Il croit aussi que les gens seront plus conscients de l'importance de s’abstenir de faire leurs activités s’ils ressentent des symptômes grippaux.

Des valeurs de respect

Le judo a fait son entrée tôt dans sa vie pour ne jamais en ressortir presque 60 ans plus tard, bien qu’il ait fait l’essai d’autres sports.

Mon père a servi dans les Forces militaires canadiennes et a fait une mission au Vietnam et au Cambodge. C’est là qu’il a découvert le judo dans les années 50. Ils sont revenus au Canada avec le nouveau sport de judo. Il m’a invité père et fils au club de judo sur la base militaire de Gagetown au Nouveau-Brunswick. J’avais six ans, se remémore-t-il.

Le Dr Plourde dit adorer les valeurs transmises par ce sport.

Il y a un esprit de respect et de politesse. On veut gagner sans blesser physiquement, peut-être juste l’orgueil de notre adversaire!, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !