•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : la chasse aux fournisseurs est relancée

Esquisse du projet de tramway.

Le tramway circulera sur le boulevard René-Lévesque.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Québec lance deux appels de qualification pour son projet de tramway.

C'est un nouveau départ pour le projet de 3,3 milliards de dollars. Après avoir obtenu le feu vert du gouvernement du Québec cet été pour relancer le processus d'approvisionnement, la Ville de Québec est maintenant prête à inviter les consortiums intéressés à se qualifier de nouveau.

Cette fois-ci, le projet est scindé en deux. La Ville recherche des fournisseurs pour le matériel roulant d'une part, et pour la conception et la construction des infrastructures, d'autre part.

C'était logique et nécessaire, croit Leandro Coelho, professeur à la Faculté des sciences de l’administration à l’Université Laval, et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en logistique intégrée. La Ville a essayé avec un seul projet et elle n'a pas eu beaucoup de succès, explique-t-il.

Au printemps, le projet du maire de Québec a bien failli dérailler. Un seul consortium s'était montré intéressé à le réaliser dans son ensemble. Faute de compétiteur, le Bureau de projet du tramway a recommandé à la Ville d'annuler le processus et de recommencer à zéro.

Dans la foulée, la Ville de Québec a pris la décision de diviser le projet pour susciter plus d'intérêt chez différents fournisseurs. Il s'agit de deux volets distincts, de deux industries différentes, plaide le professeur Coelho.

Professeur en gestion et en droit à l'Université d'Ottawa, Gilles Levasseur croit que la Ville de Québec a plus de chances de créer un engouement ainsi. Ça permet de spécialiser le travail sans avoir toutes les obligations qui viennent avec.

L'appel de qualification pour le matériel roulant vise la conception et la fourniture des rames du tramway. L'appel pour les infrastructures comprend la conception des plans et la construction de la ligne de 19 km, des stations et pôles d'échange.

Marché international

Pour ce qui est du volet matériel roulant, l'expert croit que le projet pourrait attirer encore les grands joueurs de l'industrie qui étaient sur la ligne de départ lors du premier appel de qualification l'an dernier. Le potentiel existe, affirme-t-il. Il est d'avis qu'Alstom et Siemens ont une petite longueur d'avance sur leurs futurs compétiteurs.

« Ils ont déjà fait la première expérience de soumissionner. Ils ont fait le travail de fond. »

— Une citation de  Gilles Levasseur, professeur de gestion et de droit à l'Université d'Ottawa

Le professeur Levasseur ajoute que les autres joueurs de l'industrie vont y penser à deux fois avant de poser leur candidature. Si c'est pour percer le marché de l'Amérique du Nord, oui. Sinon, le rendement n'est pas au rendez-vous par rapport à l'ampleur du projet.

Leandro Coehlo abonde dans le même sens. Les entreprises asiatiques par exemple qui pourraient se montrer intéressés sont habituées de réaliser des projets de plusieurs dizaines de kilomètres à la fois. Le tramway de Québec n'en compte que 19. À l'échelle mondiale, c'est un petit projet. Pour nous, c'est majeur, mais ça reste un petit projet, illustre-t-il.

Le Bureau de projet entend retenir les trois meilleures candidatures pour chaque volet du projet. Les fournisseurs seront invités à passer à la prochaine étape, soit l'appel de propositions.

Compensation

Ce nouveau processus d'approvisionnement prévoit une compensation financière pour les fournisseurs qui auront franchi toutes les étapes, sans remporter le contrat.

Dans la première mouture, le gouvernement du Québec avait accordé une compensation maximale de 15 millions de dollars aux perdants. Il s'agit d'une façon de les remercier d'avoir investi temps et argent sans toutefois obtenir le contrat.

Même si le projet est maintenant scindé en deux, le montant reste le même, mais il est réparti autrement. Les fournisseurs qui auront soumis une proposition pour le volet matériel roulant pourront obtenir au maximum un million de dollars. Les fournisseurs du volet conception et construction pourront recevoir jusqu'à 14 millions de dollars en compensation.

Calendrier

Comme il y a deux appels de proposition, il y a aussi deux calendriers. Dans le cas du matériel roulant, les fournisseurs ont jusqu'au 25 novembre pour se manifester. Pour le volet construction, les firmes ont jusqu'au 25 janvier 2022.

Le nouveau processus qui est enclenché reporte d'un an la mise en service du tramway. C'est maintenant prévu à l'automne 2028. Le vérificateur général de la Ville de Québec a évalué dans un récent rapport que le projet pouvait coûter jusqu'à 100 millions de dollars de plus pour chaque année de retard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !