•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Uashat mak Mani-utenam et Hydro-Québec vers une possible réconciliation

Des pylônes électriques.

Un processus de réconciliation s’instaure entre la communauté de Uashat mak Mani-utenam et Hydro-Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Alice Proulx

Un processus de réconciliation s’instaure entre la communauté de Uashat mak Mani-utenam et Hydro-Québec. Les deux partis s'efforceront de mettre de côté leurs litiges pour une durée de six mois.

La présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, a remis une lettre au conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam, jeudi, en proposant de relancer leur relation sur de nouvelles bases.

Elle ajoute que les conflits légaux qui perdurent ont trop souvent éloigné la communauté autochtone de la société d'État, en plus de polariser l’opinion publique.

Gros plan de Sophie Brochu.

Sophie Brochu est la présidente-directrice générale d’Hydro-Québec (archives).

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Dans les dernières années, une requête en injonction a entre autres été déposée par le conseil de bande.

Les Innus de Uashat-Maliotenam ont également lancé une demande d'ordonnance de sauvegarde, en 2013, pour empêcher Hydro-Québec de démarrer la construction du corridor nord de la ligne de transmission qui raccorderait les centrales 3 et 4 du chantier de la Romaine au poste montagnais. Ces conflits, qui portent sur une potentielle transgression des territoires ancestraux, demeurent irrésolus.

La centrale Romaine-3 du complexe hydroélectrique de la rivière Romaine.

La centrale Romaine-3 du complexe hydroélectrique de la rivière Romaine (archives)

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Afin de rebâtir les ponts et souligner cette nouvelle relation, Hydro-Québec entend soutenir financièrement trois projets qui mettent en lumière la culture traditionnelle des Innus de Uashat mak Mani-utenam.

Parmi ces projets, il y a la mise sur pied d’un centre culturel dans la communauté pour faire rayonner la culture innue, notamment dans les domaines de l’artisanat, de la peinture, de la musique, de la fabrication d’objets traditionnels et de la langue.

Des travaux de rénovation de la chapelle Sacré-Cœur, construite en 1848, seront aussi réalisés. Une capsule vidéo sur la vitalité de la culture des communautés autochtones de l’est du Canada sera diffusée le 30 septembre dans le cadre de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Ça permettra de pouvoir discuter de ces dossiers-là face à face et de pouvoir échanger sereinement sans avoir des contraintes. C’est toujours plus simple de régler des questions qui peuvent être conflictuelles quand le climat de travail est sain, et c’est ce qu’on est parvenu à atteindre conjointement avec la communauté. C’est de très bon augure, soulève le porte-parole, Francis Labbé, en ajoutant que Sophie Brochu souhaite véritablement tendre la main à la communauté.

Capture d'écran lors d'une entrevue par Zoom; l'homme porte un micro-casque.

Le porte-parole d'Hydro-Québec, Francis Labbé (archives)

Photo : Radio-Canada

C’est un nouveau climat qui s’installe. Ce qu’Hydro-Québec veut faire, c’est de reconnaître l’importance des peuples autochtones et de pouvoir maintenir un sain dialogue avec ces communautés-là.

Une citation de :Francis Labbé, porte-parole d'Hydro-Québec

Sophie Brochu indique avoir hâte de travailler avec la communauté pour renouveler la relation et s'assurer qu’elle soit fondée sur le respect mutuel ainsi que sur un dialogue ouvert, sincère et axé sur la recherche de solutions constructives, innovantes et avantageuses pour tous.

ITUM prend acte de la volonté de réconciliation d’Hydro-Québec

Le Conseil d’Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam (ITUM) salue l’engagement financier d’Hydro-Québec au sujet des trois projets qui profiteront à la communauté.

Par communiqué, le conseil de bande affirme mettre l'épaule à la roue dans le processus de réconciliation. Il propose d'examiner la possibilité de créer un nouvel espace de dialogue constructif et à mettre sur pause, pour une période de six mois, les dossiers litigieux en cours avec la société d'État.

affiche du conseil de bande de Uashat-Maliotenam.

Le conseil de bande n'a pas voulu donner d'entrevue formelle (archives).

Photo : Radio-Canada

Le conseil de bande laisse par ailleurs entendre que l'engagement d'Hydro-Québec envers sa communauté lui permet maintenant d'entrevoir une relation plus harmonieuse et constructive à l'avenir. Il perçoit également une réelle volonté de réconciliation venant de la part de Sophie Brochu.

Avec les informations de Lambert Gagné-Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !