•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une huitième démission à l’hôpital de Roberval

L'hôpital de Roberval vu de la rive du lac.

L'hôpital de Roberval est situé près du lac Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Une autre infirmière de l'hôpital de Roberval vient de remettre sa démission, ce qui porte le total à huit selon le Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean (FIQ).

Cette infirmière travaillait au département de médecine. Elle vient s'ajouter aux sept infirmières et infirmières auxiliaires qui ont récemment quitté leur emploi.

De son côté, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean confirme six départs, soit aussi un de plus que la veille.

Le département des soins intensifs de l'hôpital de Roberval est maintenant fermé depuis une semaine.

Une réponse du CIUSSS

Initialement, la haute direction du CIUSSS devait s'adresser aux médias lundi. Cependant, un communiqué a été envoyé en début de soirée. Dans celui-ci, le CIUSSStient à rassurer la population quant à son engagement à trouver des solutions durables afin de maintenir l’accessibilité aux soins et aux services régionaux pour la population, tout en assurant le bien-être et la stabilité de l’ensemble du personnel.

Il a aussi été indiqué que dans le cadre d’un projet pilote, un directeur responsable du territoire de Domaine-du-Roy a été mandaté dernièrement pour assurer un lien de collaboration avec le milieu et les partenaires, et prendre en charge les dossiers et enjeux spécifiques au territoire. Il s'agit de Serge Lavoie, directeur des services multidisciplinaires au CIUSSS. Il tient ce rôle depuis le début de l'année.

L'entrée en poste d'un directeur responsable du territoire de Maria-Chapdelaine est imminente.

Il a aussi été précisé qu'au cours des dernières semaines, l’élaboration de différents scénarios de modulation et de réorganisation de services s’est accélérée. Ce processus implique également les maisons d’enseignement, le corps médical, les instances syndicales ainsi que les élus du territoire.

Nancy Guillemette en mode solution

La députée caquiste de Roberval, Nancy Guillemette, a souligné qu'il faudra être créatif pour réussir à pallier ces départs. On va avoir besoin de tous les partenaires sur le terrain pour trouver des solutions. Il va falloir sortir de la boîte pour trouver des solutions créatives pour ramener des infirmières et des infirmiers sur les planchers parce qu’on n’a plus le loisir d’attendre trois ans avant qu’il y ait des cohortes qui terminent pour en apporter d’autres, a-t-elle commenté en entrevue vendredi lors de l'émission Place publique.

Rappelons que le CIUSSS a annoncé jeudi que sept finissantes en soins infirmiers seront dirigées en priorité à l'hôpital de Roberval. Il s'agit d'étudiantes en soins infirmiers en troisième année du Collège d'Alma et du Cégep de Saint-Félicien.

Un plan de réorganisation temporaire a aussi été adopté et une modulation de certains secteurs d’activités a été faite.

Le préfet inquiet

Par ailleurs, le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Yannick Baillargeon, dit s'inquiéter du moment où il y aura de nouveau des hospitalisations liées à la COVID-19 dans la région. Le CIUSSS n'a pas rapporté d'hospitalisation en lien avec le coronavirus depuis la fin du mois de juin.

Si moi je suis inquiet, je comprends les gens d'être inquiets. On a tous à un moment donné un petit bobo à faire traiter. Si on arrive sur des départements qui sont fermés, où on n'a pas accès à ces services-là, c'est inquiétant. On s'entend que la santé c'est pas mal la base. Il y a une surcharge dans le réseau, mais elle n'est pas due à la pandémie. Si on est au point de rupture là, s'il y en a plus, on va être où dans six mois?, a-t-il questionné lors d'une entrevue accordée lors de l'émission C'est jamais pareil vendredi matin.

Le préfet craint également que la pénurie de main-d'oeuvre serve de prétexte dans le cas où des services de santé seraient coupés au Lac-Saint-Jean. Des critiques ont été souvent entendues de la part d'élus depuis le début de la pandémie à l'effet que ce secteur de la région était délaissé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !