•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS de Laval étend la réadaptation des patients à leur domicile

Rachel Lassonde dans un fauteuil roulant poussé par Shabman Taherian.

Rachel Lassonde et son ergothérapeute, Shabnam Taherian.

Photo : Radio-Canada / Daniel Boily

| Mis à jour

Le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de Laval déplace des soins aux usagers en attendant un éventuel agrandissement de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé. Depuis janvier, des dizaines de patients reçoivent des services de réadaptation à leur domicile.

Rachel Lassonde lutte depuis quelques semaines pour retrouver sa mobilité.

Elle participe activement au plan de réadaptation qu’on lui a proposé à la suite d’une opération majeure au cerveau.

Ma main ne bougeait plus, ça ne bougeait pas, ce bras-là, confie-t-elle.

Mme Lassonde doit réapprendre à naviguer entre son lit, la salle de bain et la cuisine.

Son rêve, c'est marcher, marcher un jour comme je le faisais avant.

Portrait de Rachel Lassonde.

Rachel Lassonde, patiente.

Photo : Radio-Canada / Daniel Boily

Ces dernières semaines, trois professionnels se déplacent à tour de rôle à son domicile. Lors de notre visite, une ergothérapeute l’accompagnait.

Vous êtes plus forte que vous le pensez, l’encourage Shabnam Taherian.

En ergo, moi, je fais de quatre à cinq visites dans une semaine, explique Mme Taherian.

Je les vois pour 45 minutes; en physio, c'est la même chose aussi.

Portrait de Shabnam Taherian.

Shabnam Taherian, ergothérapeute, CISSS de Laval.

Photo : Radio-Canada / Daniel Boily

Au total, un patient peut recevoir plus de 20 heures de thérapie par semaine. L’équipe multidisciplinaire inclut également une orthophoniste, des techniciennes en éducation spécialisée et le Centre local de services communautaires.

Avant la pandémie cette réadaptation aurait eu lieu au centre de réadaptation ou à l'hôpital.

C’est exactement l'hôpital à la maison, affirme Guy Bibeau, directeur des programmes en déficiences intellectuelles, troubles du spectre de l'autisme et déficience physique au Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval.

À Laval, ça existe depuis janvier et on a 81 usagers qui ont pu en profiter, précise M. Bibeau. Selon ce dernier, une douzaine de lits d’hospitalisation ont ainsi pu être dégagés.

Ce congé précoce assisté de réadaptation fonctionnelle intensive existe également pour d’autres clientèles (AVC, problèmes neurologiques, problèmes orthopédiques).

Portrait de Guy Bibeau.

Guy Bibeau, directeur des programmes en déficiences intellectuelles, troubles du spectre de l'autisme et déficience physique au CISSS de Laval.

Photo : Radio-Canada / Daniel Boily

Dans le contexte de la pandémie, on a dû faire de la place à l'hôpital pour des usagers atteints de la COVID, précise-t-il.

Moi, c'est un modèle que j'aimerais déployer à travers le Québec, soutient le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, le Dr Lionel Carmant.

Réhabilitation à domicile

Agrandir la Cité de la Santé

Hôtel, arénas, chirurgies au privé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval a déplacé des soins à l’extérieur de l’hôpital dès les premiers mois de la pandémie.

La Cité de la santé, c'est un petit hôpital [...], on sait qu'aujourd'hui on aurait besoin d'un plus grand hôpital, constate le directeur des programmes en déficiences intellectuelles, troubles du spectre de l'autisme et déficience physique au CISSS de Laval, Guy Bibeau.

En entrevue au mois de juillet, son collègue directeur des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval, Dr Alain Turcotte, confiait lui aussi qu'il manque un hôpital à Laval. Il faudrait six salles d’opération supplémentaires, disait-il.

Une porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux précise que nous sommes présentement en discussion avec le ministère pour l'évaluation des besoins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !