•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire : certains craignent un exode du personnel des centres de soins

Les autres travailleurs de la santé ne sont pas soumis à l’obligation d’être vaccinés contre la COVID-19.

Une infirmière aide un homme à marcher dans le couloir d'un centre de soins.

Selon l'Association des fournisseurs de soins de la Colombie-Britannique, jusqu'à 10% des employés des centres de soins pourraient quitter leur emploi pour échapper à la vaccination obligatoire.

Photo : Shutterstock / Gagliardi

Radio-Canada

En Colombie-Britannique, des centres de soins de longue durée craignent le départ d’une partie de leurs employés en raison de l’obligation qu’ils auront d’être complètement vaccinés contre la COVID-19 en date du 12 octobre.

Le président-directeur général de l’Association des fournisseurs de soins de la Colombie-Britannique, Terry Lake, affirme que jusqu’à 10 % des travailleurs dans les foyers pour aînés pourraient décider de quitter leur emploi en raison de cette obligation, selon les résultats d’un sondage mené auprès des établissements membres de l’organisation.

La réalité, c’est qu’ils peuvent aller dans les centres hospitaliers et travailler là, dit-il.

La directrice générale du complexe pour aînés de Menno Place, situé à Abbotsford, craint cet exode de ses employés. Karen Biggs s’étonne que les autres travailleurs du système de santé ne soient pas soumis à la même exigence de vaccination.

Les hôpitaux et centres de santé communautaires s'occupent d'aînés, affirme-t-elle. La plupart des personnes hospitalisées sont âgées, comme celles dans les centres communautaires, avant qu'elles aient besoin de soins de longue durée.

On ne comprend pas pourquoi seulement notre secteur est ciblé par cette mesure, dit-elle.

Deux doses d'ici le 12 octobre

La vaccination obligatoire pour les travailleurs des centres de soins de longue durée, annoncée le 12 août, entre en vigueur le 12 octobre. D’ici là, le personnel devra avoir reçu deux doses de vaccin.

Les autorités sanitaires avaient justifié cette décision en citant les risques particulièrement élevés de transmission de la COVID-19 dans les foyers pour aînés, ainsi que par le nombre d’éclosions dans ces foyers attribuables à des membres du personnel qui n’étaient pas vaccinés.

En date du 9 septembre, des éclosions considérées actives ont lieu dans 15 centres de soins, incluant celui de Menno Home, qui fait partie du complexe pour aînés Menno Place.

Obligatoire pour tous les travailleurs de la santé?

Karen Biggs et Terry Lake exhortent tous deux la Colombie-Britannique à rendre la vaccination obligatoire pour tous les travailleurs de la santé.

Le meilleur moyen, selon eux, de protéger les aînés.

Mon père est hospitalisé en ce moment, dit M. Lake. La dernière chose que je souhaite, c’est qu’un employé lui donne la COVID-19 et qu'il en meure.

Si vous travaillez dans la santé, la moindre des choses que vous pouvez faire est de ne pas mettre les autres à risque, ajoute-t-il.

Avec des informations de Chloé Dioré de Périgny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !