•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse des cas de COVID-19 : des travailleurs de la santé démoralisés et stressés

Une infirmière marche dans une aile à l'hôpital.

Les infirmières de la Saskatchewan sont « au bout du rouleau ». (archives)

Photo : Radio-Canada / Peter Turek

Radio-Canada

L'achalandage dans les hôpitaux de la province n’a jamais été aussi élevé depuis le début de la pandémie de coronavirus, selon le Syndicat des infirmières de la Saskatchewan.

La présidente du syndicat, Tracy Zambory, tire la sonnette d’alarme en affirmant que des membres du personnel hospitalier sont démoralisés, épuisés, stressés et tristes face à la situation actuelle.

Traités dans le corridor de l’hôpital

La situation est plutôt sombre dans les centres hospitaliers de la Saskatchewan, en particulier à Saskatoon, selon elle.

Tracy Zambory affirme que certains patients reçoivent des soins dans les couloirs des hôpitaux en raison du manque d’espace.

Elle ajoute que le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 qui ont besoin de soins augmente. De plus en plus de patients sont des jeunes de moins de 12 ans, ajoute-t-elle.

Tracy Zambory demande au gouvernement provincial de réduire de 20 % l’activité des services de santé moins importants, car, dit-elle, cela permettrait au personnel de la santé de mieux s’organiser pour continuer à répondre aux besoins des malades et soulagerait le système.

des besoins criants

L'Autorité de Santé de la Saskatchewan a fait parvenir, mercredi, un courriel aux 10 000 membres du syndicat pour leur demander si elles seraient disposées à être déplacées dans un autre secteur où les besoins sont criants.

Selon la présidente du syndicat, la réaction des infirmières est mitigée parce qu’elles sont déjà au bout du rouleau. Elles ne souhaitent pas se porter volontaires, mais Tracy Zambory précise que certains membres y songent.

Appelés à commenter la situation, l'Autorité de santé de la Saskatchewan et le ministère de la Santé n’ont pas donné suite aux demandes d’entrevues de Radio-Canada.

Les ambulanciers provinciaux disent eux aussi devoir faire des pieds et des mains pour trouver un lit d'hôpital pour leurs patients.

Le chef des ambulanciers chez Crestview Ambulance, Kelly Prime, affirme que des ambulanciers doivent attendre jusqu’à 15 heures pour trouver un lit. Les ambulanciers doivent faire des heures supplémentaires et faire des voyages plus longs pour aider leurs patients.

Avec les informations de Mercia Mooseely

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !