•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Preuve vaccinale : la Nouvelle-Écosse compte sur la coopération des entreprises

La province n’entend pas créer une escouade chargée de faire appliquer la règle.

Un serveur derrière le bar regarde le téléphone que lui montre le client assis devant lui.

Un client montre sa preuve de vaccination dans une brasserie de New York le 17 août 2021. Une telle preuve sera demandée en Nouvelle-Écosse pour des activités non essentielles à compter du 4 octobre.

Photo : Reuters / Andrew Kelly

La Presse canadienne

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, a déclaré que la province ne mettrait pas initialement en place une équipe pour s’assurer que soient exigées les preuves de vaccination qui seront bientôt nécessaires pour de nombreuses activités non essentielles.

À compter du 4 octobre, les personnes de 12 ans et plus devront fournir une preuve de vaccination complète contre la COVID-19 afin d'avoir accès aux restaurants, gymnases, théâtres, concerts et événements sportifs.

Tim Houston a déclaré aux journalistes jeudi qu'il avait reçu une réponse positive des diverses industries et de la population en général au sujet du plan, et que son gouvernement travaillerait avec les entreprises sur tous les problèmes qui pourraient survenir.

Cependant, il a déclaré qu'au départ, la province n'avait pas l'intention d'avoir une équipe itinérante pour assurer le respect de la nouvelle règle, car il s'attend à ce que les entreprises adoptent volontairement des mesures pour vérifier les documents de vaccination des personnes.

Tim Houston en conférence de presse.

Tim Houston, premier ministre de la Nouvelle-Écosse, le 8 septembre 2021.

Photo : Nicola Davison / Communications Nouvelle-Écosse

Il a indiqué que pour l'instant, les courriels de santé publique et les documents envoyés par la poste indiquant une vaccination complète suffiront, mais il est prévu de créer un document plus standard et sécurisé qui répond aux normes nationales encore en cours d'élaboration à Ottawa.

Les responsables de la santé publique ont déclaré qu'à mesure que d'autres restrictions de santé publique sont assouplies, la politique de vaccination rendra les rassemblements non essentiels beaucoup plus sûrs, car la vaccination réduit considérablement les risques de transmission du virus.

La province a déjà annoncé qu'elle passerait à la phase finale de son plan de relance mercredi prochain, qui consiste à supprimer la plupart des mesures de santé publique qui ont été mises en place, y compris le port du masque obligatoire à l'intérieur.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.