•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire des fonctionnaires au N.-B. : quel rôle pour les syndicats?

Une enseignante, qui porte un masque, tient un livre dans ses mains devant une classe.

Les enseignants font partie des employés provinciaux qui devront fournir une preuve de vaccination avant le 13 septembre, au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / Marina von Stackelberg

Radio-Canada

La vaccination obligatoire contre la COVID-19 dans la fonction publique au Nouveau-Brunswick pose tout un dilemme, non seulement pour les employés, mais aussi pour leurs syndicats. Les fonctionnaires qui ne veulent pas se faire vacciner pourront protester et leur syndicat devra les défendre.

D’ici le 13 septembre, plusieurs milliers de fonctionnaires provinciaux devront fournir une preuve de vaccination à leur employeur. C’est le cas notamment pour certains employés dans les écoles ou le système de santé notamment.

Ceux qui refusent le vaccin contre la COVID-19 devront se soumettre régulièrement à des tests de dépistage.

L'Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick croit qu'il y a deux poids, deux mesures, notamment parce que ses membres qui refusent la vaccination n'ont pas droit à une trousse de dépistage qui leur permettrait d'effectuer des tests à la maison, contrairement à d'autres fonctionnaires.

Le dépistage doit avoir lieu à l'école.

Ce qu'on défend, c'est que nos droits ne sont pas respectés. Le droit à la confidentialité, c'est la base de tout, le respect, la confidentialité , dit la présidente de l’association, Nathalie Brideau.

Les avocats de l'association étudient la question et des griefs pourraient être déposés, selon elle.

Un syndicat est là pour défendre les droits des enseignants et si leurs droits ne sont pas respectés, on va y aller avec des griefs, on va les défendre , dit Nathalie Brideau.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

La responsabilité des syndicats

L’ancien député fédéral Yvon Godin, qui a longtemps œuvré dans le monde syndical, croit aussi que tous les travailleurs ont droit à une défense, même ceux et celles qui refusent le vaccin.

C'est le droit à la représentation et là-dessus le syndicat prend ses responsabilités , explique Yvon Godin.

On vit dans un pays démocratique, on vit dans le droit où ce que c'est qu'on peut se présenter devant la justice, c'est juste ça qui est en train de se passer présentement. Si ce n’est pas ça, on va avoir ces gens-là dans la rue. On a le choix d'avoir une audience ou bien de les avoir dans la rue. Moi je choisis l'audience , ajoute-t-il.

Yvon Godin pose sur un parterre extérieur.

Yvon Godin, ancien député fédéral néo-démocrate et ancien représentant syndical.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

L'avenir nous dira si cette nouvelle politique sur la vaccination causera des confrontations entre la province et les syndicats.

Le Syndicat canadien de la fonction publique au Nouveau-Brunswick a décliné notre demande d'entrevue, préférant déployer toutes ses énergies sur le vote de grève qui se tient, pour la majorité de ses membres, jusqu'à samedi.

D'autres syndicats, comme celui qui représente les infirmières et les infirmiers, n'ont pas répondu à nos demandes d'entrevues.

D’après un reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !