•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 10 ans, le CUSB devenait l’Université de Saint-Boniface

La coupole de l'Université de Saint-Boniface, à Winnipeg.

L'Université de Saint-Boniface, à Winnipeg

Photo : Christian Riou

Le 1er septembre 2011, le Collège universitaire de Saint-Boniface est officiellement devenu l’Université de Saint-Boniface, un nouveau nom accompagné d'un changement de statut. Dix ans plus tard, l’ancienne rectrice Raymonde Gagné et l’ancien président du Bureau des gouverneurs Léo Robert continuent de voir l'impact de cette décision.

Si ça n’avait été qu’un changement de nom, on n’aurait pas perdu notre temps avec ça. […] C’était plus profond que ça, le changement. On n'a pas juste changé de collège universitaire à Université de Saint-Boniface. C’était un changement qu’on [faisait] au niveau de la programmation, des services et de comment on gère notre université pour notre avenir et l’avenir de notre communauté, lance Léo Robert.

Le 18 juin 2011, la Loi sur l’Université de Saint-Boniface a été adoptée et elle est entrée en vigueur en septembre.

Cette loi a permis une série de modifications qui ont placé l’établissement sur un pied d’égalité avec les autres universités manitobaines. Malgré l’acquisition de son autonomie, l’USB a conservé son affiliation avec l’Université du Manitoba.

Quand on pense à la question d’une pleine autonomie sans contrat d’affiliation avec l’Université du Manitoba, disons que ce n’était pas tout le monde qui était d’accord avec ça. On a été obligé de prendre le temps de réfléchir à ça et d’arriver à un compromis. […] Finalement, on voulait cette autonomie de pouvoir entrer en relation contractuelle avec d’autres universités, raconte la sénatrice Raymonde Gagné, qui a été rectrice de 2003 à 2014.

L'Université de Saint-Boniface à Winnipeg, le lundi 10 septembre 2012.

L'Université de Saint-Boniface a renouvelé son logo et son image pour refléter son changement d'identité.

Photo : Radio-Canada

M. Robert ajoute que les professeurs, qui profitaient d’un accès à beaucoup de documentation à la bibliothèque de l’Université du Manitoba en plus de liens de collaboration étroits avec le corps professoral, craignaient cette perte d’affiliation.

Selon Mme Gagné, les démarches pour le changement d’appellation auraient duré une dizaine d’années. Elles ont été soutenues par la communauté francophone, mais aussi par le premier ministre manitobain Greg Selinger, qui connaissait bien la francophonie manitobaine.

Un homme et une femme applaudissent tandis que des confettis tombent du haut d'une salle.

Raymonde Gagné en 2009, alors qu'elle était rectrice de l'Université et lançait une des campagnes de financement de l'établissement

Photo : Louis St-Cyr/Université de Saint-Boniface

Déjà, 20 ans avant ces changements, ils étaient évoqués.

Faciliter le recrutement à l'étranger

L’appellation de Collège universitaire de Saint-Boniface créait certains problèmes, selon Mme Gagné. D’abord, parce que plusieurs écoles secondaires du Manitoba ont le mot collège dans leur nom, mais aussi parce que ce terme ne fait pas référence à la réalité universitaire dans plusieurs endroits du monde. L’ambiguïté a donc été éliminée, note-t-elle.

Quand on allait faire du recrutement, il fallait toujours expliquer qui on était. […] L’Université a élaboré un plan de recrutement robuste et avec beaucoup de rigueur. Ça nous a permis d’attirer davantage d’étudiants internationaux. Lorsqu’on se promène dans les couloirs de l’Université, il est évident que ce virage a été fait, affirme Raymonde Gagné.

Elle souligne que la vitalité des communautés francophones passe par l’immigration et que l’Université forme de jeunes professionnels qui contribuent à cette communauté dynamique.

Établissement phare de la communauté francophone

Raymonde Gagné souligne que le changement de statut a été une fierté et que cette fierté se devait d'être transmise dans une campagne de marketing et de visibilité.

Une affiche dans un corridor sur laquelle il est inscrit «Bienvenue à l'Université de Saint-Boniface, nouveau nom, nouveaux horizons». Des étudiants marchent à côté.

En 2011, l'Université a lancé une campagne pour promouvoir son nouveau nom et son nouveau statut.

Photo : Radio-Canada

On a renouvelé le logo. Si vous remarquez autour du campus de l’Université, il y a des enseignes qui nous dirigent vers l’Université de Saint-Boniface. Il y a eu toute une démarche pour faire reconnaître le changement de statut. Selon moi, le changement d’identité, ça a aussi communiqué cette fierté-là, dit-elle.

Lorsqu’on est fier, on rayonne et on attire la confiance. C’est un établissement phare de la communauté.

Une citation de :Raymonde Gagné, sénatrice et ancienne rectrice de l'Université de Saint-Boniface

Léo Robert affirme pour sa part que ce changement de statut est bénéfique pour répondre aux besoins de la communauté.

On vient répondre à un besoin auquel les autres universités ne peuvent pas répondre en offrant une programmation en français, indique-t-il, en donnant l’exemple de la formation des futurs enseignants.

Il y a une pénurie d’enseignants qui se fait sentir partout au pays, dit-il. Ça aurait été beau avec la crise de professeurs en immersion française! On n’aurait eu personne ici, au Manitoba!

Léo Robert, ancien président de la Société de la francophonie manitobaine.

Léo Robert a été membre du Bureau des gouverneurs du Collège universitaire de Saint-Boniface et de l'Université de Saint-Boniface de 2008 à 2015. (archives)

Photo : Radio-Canada

Cependant, il croit que l’Université pourrait répondre à davantage de besoins encore de la communauté. Il aimerait voir l’implantation d’un programme en communication pour former des journalistes ou encore un programme de théâtre, le quartier de Saint-Boniface abritant le plus vieux théâtre francophone de l’Ouest canadien.

Il comprend que les changements ne se font pas du jour au lendemain et que le changement de statut est relativement nouveau dans la longue histoire de l'établissement, qui a ouvert ses portes en 1818.

En juin, l'Université de Saint-Boniface a lancé sa nouvelle planification stratégique qui couvre les années 2021-2026.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !