•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mélanie Joly se désiste d’un débat, faute d’une politique de vaccination obligatoire

Mélanie Joly devant une pancarte à l'entrée du Collège de Bois-de-Boulogne, à Montréal.

Mélanie Joly a refusé de participer au débat des candidats d'Ahuntsic-Cartierville organisé par le Collège de Bois-de-Boulogne en raison de doutes quant à la vaccination d'une des participantes.

Photo :  Capture d’écran - Facebook/Mélanie Joly

La libérale Mélanie Joly a annulé sa participation à un débat entre les candidats d'Ahuntsic-Cartierville qui a eu lieu jeudi, au Collège de Bois-de-Boulogne, après que la représentante du Parti populaire du Canada eut refusé de confirmer qu'elle avait été vaccinée contre la COVID-19.

Dans un message publié sur les réseaux sociaux, la candidate libérale s'est adressée aux étudiants du cégep pour expliquer son désistement.

Malheureusement, certains candidats qui se présentent dans le contexte de l’élection ne sont ni vaccinés, ni en faveur de la vaccination, ni en faveur du port du masque et transmettent de l’information qui relève davantage de la théorie du complot que de la science, a-t-elle déclaré, sans jamais prononcer le nom d'un candidat ou d'une candidate.

Mme Joly a souligné qu'il en allait de sa sécurité, mais aussi de celle des membres de son équipe et des électeurs qu'elle croisera dans Ahuntsic-Cartierville d'ici au scrutin fédéral, le 20 septembre prochain.

Bien que cela m’attriste de ne pas y être, je sais que c’est le bon choix à faire, car nous devons faire notre part pour limiter la propagation du virus, finir le combat contre la COVID-19 et protéger notre communauté.

Une citation de :Mélanie Joly, candidate du Parti libéral du Canada dans Ahuntsic-Cartierville

C’est pourquoi je ne participerai qu’aux débats qui prévoient une politique de vaccination obligatoire pour les participants sur l’estrade et des mesures pour ma sécurité et celle de mon équipe, a-t-elle ajouté.

La candidate à l'origine de ce désistement n'a pas tardé à se manifester : Manon Chevalier, qui se présente sous la bannière du Parti populaire du Canada, a déploré une grave atteinte à la démocratie, voyant dans le geste de sa rivale libérale une manœuvre d'intimidation.

Mélanie Joly a décidé de ne pas participer au débat car je n'ai pas confirmé être vaccinée, a écrit Mme Chevalier sur Facebook. Le Parti libéral souhaite intimider [ses] opposants politiques en instrumentalisant toujours et encore la peur même s'il n'y a rien de logique et de rationnel dans leur approche!

La candidate du PPC a fait remarquer que le Collège de Bois-de-Boulogne n'exigeait pas le passeport vaccinal pour accéder au campus, et donc que le « danger » redouté par Mme Joly pouvait provenir non seulement des participants au débat, mais aussi des étudiants qui y assistaient.

Une plus grande distanciation physique sur la scène

Des six principaux partis qui tentent de l'emporter dans la circonscription montréalaise, seuls trois ont participé au débat. Outre Mme Chevalier, la candidate du Bloc québécois, Anna Simonyan, et le candidat du Parti vert, Luc Joli-Coeur, ont pu croiser le fer.

Ce dernier, qui a dit comprendre la décision de Mme Joly, a proposé un compromis : qu'une distance supplémentaire soit respectée entre les candidats vaccinés et non vaccinés. Sur la scène, un lutrin vide séparait Mme Chevalier des autres participants.

Trois personnes se tiennent debout sur une scène, derrière des lutrins.

La candidate du Parti populaire du Canada, Manon Chevalier, a été installée à une plus grande distance des autres participants au débat après avoir refusé d'indiquer si elle était vaccinée contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Le fait d’avoir des candidats non vaccinés complique la gestion des risques associés à la COVID et peut mettre d’autres candidats à risque, a souligné M. Joli-Coeur.

Manon Chevalier, qui se dit contre la ségrégation vaccinale, a expliqué jeudi que son engagement au sein du PPC avait été motivé par la gestion du COVID catastrophique et la perte de nos libertés, évoquant ainsi les mesures mises en place tant au fédéral qu'au provincial au nom de la lutte contre la pandémie.

Je suis une citoyenne en colère qui a décidé que c’était assez, a-t-elle résumé.

Mélanie Joly a assuré que des discussions étaient en cours pour que les candidats d'Ahunstic-Cartierville puissent à nouveau débattre de leurs propositions avant le 20 septembre.

Absents du débat de jeudi, le conservateur Steven Duarte et la néo-démocrate Ghada Chaabi tentent aussi de ravir le siège que Mme Joly occupe depuis 2015.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !