•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition officieuse à VMR prend position contre le résidentiel au Royalmount

La qualité de vie des Monterois est en jeu, estime-t-elle.

Le chantier vu des airs.

Le chantier de Royalmount a été relancé cet été.

Photo : Radio-Canada / Nancy Lambert

Le candidat à la mairie de Mont-Royal Peter Malouf a fait son nid : il fera campagne cet automne contre le volet domiciliaire du projet immobilier Royalmount, qui verra le jour au coin des autoroutes 15 et 40.

Son équipe, qui représente en quelque sorte l'opposition officieuse dans cette municipalité défusionnée de l'île de Montréal, a statué sur cette question en publiant sur son site web un « exposé de position » (Nouvelle fenêtre), jeudi.

Le développement résidentiel au Royalmount signera, de façon irréversible, la fin de notre qualité de vie à Ville Mont-Royal, et la fin de la cité-jardin, conclut-il.

L'Équipe Peter Malouf dit avoir pris en considération les conclusions de la consultation publique organisée par la Ville de Montréal, l'avis technique du Service des infrastructures, de la voirie et des transports, de même qu'une série de mémoires et d'études d'impact rendues publiques au cours des cinq dernières années.

Le projet, dans sa forme actuelle [...], ne répond pas de façon durable aux défis et besoins de la métropole, de la communauté métropolitaine et même de la province de Québec.

Une citation de :Équipe Peter Malouf

La formation fait notamment valoir la présence de produits toxiques dans le secteur industriel adjacent; le manque d'offre de logements diversifiés; et l'absence de plans d'atténuation [...] des nuisances autoroutières, comme le bruit constant, la poussière, les polluants atmosphériques et les îlots de chaleur.

Le promoteur du projet, Carbonleo, a aussitôt réagi à cette sortie. La publication de l’équipe Malouf est complètement erronée, a déclaré son PDG Andrew Lutfy par courriel. Il est évident que [ses membres] n’ont pas consulté les études disponibles sur notre projet, ce qui nous fait questionner la légitimité du parti.

Notre intention était de collaborer avec l’équipe, mais ils ont refusé notre invitation de nous rencontrer, se disant être trop occupés par la campagne électorale, a poursuivi M. Lutfy. C’est une déception pour nous.

Un référendum en vue?

À l'arrêt depuis plus d'un an, l'immense chantier de Royalmount a repris vie le mois dernier avec les travaux de la phase 1 qui gravite surtout autour des fonctions commerciales du projet.

Sa vocation résidentielle, par contre, n'a pas encore été autorisée. Et tout indique qu'elle ne le sera pas d'ici les élections municipales, puisque le maire Philippe Roy, qui quittera la politique à la fin de son mandat, a fait savoir cet été qu'il laisserait le soin à la prochaine administration de trancher la question.

Deux candidats souhaitent lui succéder : la conseillère Michelle Setlakwe et Peter Malouf, un homme d'affaires connu pour avoir participé activement au débat entourant la construction du futur centre sportif de Mont-Royal.

La première a été éjectée du caucus du maire Roy le printemps dernier en raison de ses réserves à l'égard du volet résidentiel de Royalmount. Elle promet, si elle est élue, de tenir un référendum sur la question.

Loin d'adopter une approche radicale qui ne tiendrait pas compte du travail déjà accompli, tant par la Ville que par le promoteur, notre approche en est une de prudence et dans laquelle nous donnons droit de parole à nos résidents, a réitéré Michelle Setlakwe, jeudi.

La Ville doit [...] continuer à réfléchir sur sa vision urbanistique pour ce secteur et permettre une consultation publique complète, rigoureuse et plus approfondie sur les enjeux cruciaux soulevés par ce projet de développement.

Une citation de :Michelle Setlakwe, candidate à la mairie de Mont-Royal

Le projet Royalmount présente des caractéristiques et des opportunités intéressantes pour Ville Mont-Royal, reconnaît Mme Setlakwe. Mais basée sur l’information actuellement disponible, son équipe ne peut pas être en faveur de la composante résidentielle, précise-t-elle.

M. Malouf, lui, ne tiendrait même pas de référendum sur la question. Un référendum seul résoudrait-il les nombreux problèmes afférents et serait-il la voie royale vers la disparition des impasses majeures dans le secteur? Nous pensons que non, peut-on lire sur son site web.

Son équipe promet par ailleurs de réévaluer tous les projets de densification urbaine actuellement proposés dans la municipalité.

Un projet de plein droit

Sans surprise, la vocation résidentielle de Royalmount sera donc à l'ordre du jour de la campagne électorale qui s'amorce dans la Cité-Jardin.

L'administration actuelle du maire Roy a toujours soutenu Carbonleo, mais la quasi-totalité de ses sept élus s'apprêtent à quitter l'Hôtel de Ville pour de bon.

Pour l'instant, seuls Michelle Setlakwe et Jonathan Lang – lui aussi expulsé du caucus au printemps – ont annoncé qu'ils tenteraient à nouveau de se faire élire, ensemble, sous la bannière du parti Unis pour VMR.

L'Équipe Peter Malouf, elle, est presque complète. Seule la candidature du district no 4 tarde à être annoncée.

La population de Mont-Royal ayant augmenté dans les dernières années, le nombre de sièges au conseil municipal passera de sept à neuf à l'issue des élections de novembre.

La phase 1 de Royalmount devrait théoriquement être inaugurée en août 2023. Ce volet du projet se poursuivra, peu importe les débats entourant l'ajout d'unités résidentielles sur le site, a prévenu Carbonleo, puisque le zonage actuel permet déjà d'y exercer des activités commerciales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !