•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux femmes font une percée dans le monde du football grâce à l’Université McMaster

Amanda Ruller donne des directives lors d'un entraînement de l'équipe de football de l'Université McMaster.

Amanda Ruller entraînera les porteurs de ballon de l'équipe de football de l'Université McMaster cette saison.

Photo : Jay Barlett/McMaster Marauder

Pour la première fois de son histoire, l'équipe de football de l'Université McMaster comptera des femmes au sein de son personnel d'entraîneurs, un fait rarissime au Canada.

Amanda Ruller et Taylor MacIntyre sont responsables des porteurs de ballon et des receveurs de passe de l'attaque de Stefan Ptaszek en vue de la saison 2021, qui se mettra en branle le 18 septembre.

Leur embauche s'est faite par l'entremise d'un projet pilote lancé par le coordonnateur offensif de l'équipe, Corey Grant, qui vise à faire plus de place aux femmes dans le monde du football.

En voyant les Buccaneers de Tampa Bay gagner le Super Bowl avec un personnel hyper diversifié, je me suis demandé : ''pourquoi est-ce qu'on ne ferait pas la même chose ici?'' raconte Grant, qui est aussi le responsable de l'équité, de l'inclusion et de la lutte contre le racisme pour les sports et les loisirs à l'Université McMaster.

Les Bucs ont triomphé en 2020 avec deux entraîneuses au sein de leur personnel : Lori Locust (ligne défensive) et Maral Javadifar (renforcement musculaire et conditionnement physique).

Au Canada, les universités Carleton, d'Ottawa et maintenant McMaster et de Hamilton, font partie des exceptions en ayant au moins une femme au sein de leur personnel d'entraîneurs.

Une occasion en or

C'est la première fois qu'il y a un tel programme qui place des femmes comme apprenties au football, dit Amanda Ruller, qui rêve de devenir la première femme à percer comme entraîneuse dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Cette dernière a d'ailleurs conduit de Regina, en Saskatchewan, à Hamilton, en Ontario, pour saisir sa chance.

Chaque fois que j'ai offert mes services comme bénévole à des équipes de football ou des équipes universitaires d'autres sports, on m'a dit non parce que, un, je manquais d'expérience et parce que, deux, je suis une femme, explique-t-elle.

Je me rappelle que Corey Grant m'a demandé si je voulais prendre quelques jours pour réfléchir avant d'accepter le poste et j'ai dit non. Je pense à un poste comme celui-là depuis toujours!

Une citation de :Amanda Ruller

De l'expérience, Ruller en a pourtant beaucoup. Et elle est pour le moins diversifiée!

Sprinteuse à l'Université de Regina, elle a tenté sa chance aux essais olympiques canadiens en athlétisme, puis elle a rejoint l'équipe canadienne de bobsleigh et de skeleton.

Elle a ensuite joué dans la Legends Football League, aux États-Unis, où l'équipe canadienne de football féminin l'a repérée. Elle a aussi fait partie de l'équipe d'haltérophilie de la Saskatchewan.

La principale intéressée a aussi plusieurs diplômes en poche. Au cours de la pandémie, elle a même travaillé avec Charleston Hughes, l'une des vedettes de la LCF, qui joue désormais au sein des Argonauts de Toronto.

Elle est bonne dans ce qu'elle fait. Qu'y a-t-il à dire de plus? Je suis content que McMaster ait montré assez de couilles pour voir [ ces femmes ] pour leur talent et pas pour leur apparence, dit-il.

Aucune différence

Égoportrait de Taylor MacIntyre sur le terrain de football de l'Université McMaster.

Taylor MacIntyre s'occupera des receveurs de l'équipe de football de l'Université McMaster cette saison.

Photo : Taylor MacIntyre

Depuis le début du camp d'entraînement des Marauders, les joueurs se montrent pratiquement indifférents à l'arrivée de deux femmes au sein du personnel d'entraîneurs.

Ça ne fait franchement pas de différence pour nous, dit le joueur de ligne offensive Pierre Eskandar.

Dès sa première séance d'entraînement, Taylor MacIntyre dit d'ailleurs s'être sentie tout à fait à sa place.

Dès le départ, je travaillais avec notre coordonnateur à l'attaque, Grant, et il m'a fait lancer des ballons aux receveurs. Et c'est à ce moment que ça m'a frappée. J'étais une femme en train d'entraîner des joueurs au plus haut niveau jusqu'ici au Canada. Le lendemain, je décidais quels exercices ils allaient faire et je menais l'entraînement, dit-elle avec fierté.

Cette occasion nous montre qu'il est possible pour les jeunes filles de rêver d'être entraîneuse à tous les niveaux au Canada. Il y a de plus en plus d'occasions grâce à certaines personnes qui agissent comme des leaders dans l'industrie.

Une citation de :Taylor MacIntyre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !