•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martin Roy ne briguera finalement pas la mairie d’Amos

Une photo professionnelle de Martin Roy, en habit, souriant.

Martin Roy sollicite finalement un troisième mandat à titre de conseiller municipal, lors des élections du 7 novembre prochain.

Photo : gracieuseté

Martin Guindon

Martin Roy n’a finalement pas l’intention de briguer la mairie d’Amos, mais tentera plutôt de se faire réélire à titre de conseiller municipal.

C’est donc dire qu’à une semaine de l’ouverture de la période des mises candidatures, aucun candidat ne s’est encore affiché publiquement pour s’opposer au maire sortant Sébastien D’Astous.

Martin Roy a annoncé en février qu’il sondait ses appuis pour se lancer dans la course à la mairie. Après une longue réflexion, il a confirmé jeudi qu’il préférait plutôt solliciter un troisième mandat à titre de conseiller municipal aux élections du 7 novembre.

Deux éléments ont orienté sa décision. D’abord, il souhaitait pouvoir continuer de s’impliquer au sein de l’entreprise agricole familiale qu’il a cédée à deux de ses enfants. Ensuite, il sent toujours l’appui des citoyens, qui lui disent apprécier sa franchise, son respect et tout le travail qu’il fait pour améliorer leur qualité de vie.

J’ai encore le goût et la passion. C’est ce qui fait que je veux me représenter. À la mairie, c’est un beau grand défi et je sais que j’ai les capacités pour le faire. Mais c’est le temps qu’il faut que je mette et j’ai choisi de le mettre dans l’entreprise familiale encore deux ou trois ans. Donc je ne ferme pas la porte dans un éventuel mandat futur d’aller à la mairie, a-t-il confié.

Rappelons que Sébastien D’Astous a confirmé en février dernier qu’il tentera d’obtenir un troisième mandat à la mairie d’Amos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !