•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Félix-d’Otis écope d’une amende de 5000 $ pour une coupe d’arbres illégale

Un champ avec des arbres.

Des mélèzes ont été plantés dès cette semaine par la municipalité de Saint-Félix-d'Otis.

Photo : Gracieuseté de Saint-Félix-d'Otis

Gilles Munger

La municipalité de Saint-Félix-d'Otis écope d'une amende de 5000 $ pour avoir enfreint la Loi sur la qualité de l'environnement pour des travaux réalisés à son Parc intergénérationnel.

Le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a constaté que la municipalité avait coupé les arbres sur une superficie d'environ 9000 mètres carrés en bordure d'un ruisseau et dans un milieu humide.

Sans vouloir accorder d'entrevue enregistrée, le maire Pierre Deslauriers indique que la municipalité n'a pas l'intention de contester la sanction imposée par Québec. Il ajoute que des mélèzes ont été plantés dès cette semaine, en conformité avec un plan approuvé par le MELCC.

Des arbres dans des pots dans une boîte de camionnette.

Les arbres à planter ont été amenés sur place à bord d'une camionnette.

Photo : Gracieuseté de Saint-Félix-d'Otis

Du salissage, accuse le maire

Le maire Deslauriers accuse d'autre part l'ancien député Jean-Marie Claveau et son entourage de mener une campagne de salissage à son égard en vue de l'élection du 7 novembre. Jean-Marie Claveau n'a toujours pas déposé son bulletin de candidature officiel, mais il a déjà indiqué être en réflexion. Pierre Deslauriers a de son côté confirmé son intention de se représenter à la tête de la municipalité.

Pas d'enquête dans un autre dossier

Dans un autre dossier, le maire Deslauriers a fourni à Radio-Canada une copie d'une lettre du Commissaire à l'intégrité municipale et aux enquêtes du ministère des Affaires municipales et de l'Habitation. Ce dernier confirme à la municipalité qu'il n'a pas trouvé matière à enquête dans le dossier d'un raccordement au réseau d'aqueduc jugé illégal par un citoyen de l'endroit.

Le maire devant l'édifice municipal adjacent au garage incendie actuel.

Le maire de Saint-Félix-d'Otis, Pierre Deslauriers

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Le maire Deslauriers avait utilisé son excavatrice personnelle pour brancher des conduites d'eau potable et d'eaux usées de la résidence de sa fille au système municipal. L'analyste-enquêtrice Sylvie Régimbald indique qu'après vérification, le Commissaire à l'intégrité municipale et aux enquêtes n'interviendra pas davantage dans ce dossier et le considère comme clos. Le MELCC avait lui aussi blanchi le maire et la municipalité de Saint-Félix-d'Otis dans ce dossier plus tôt ce printemps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !