•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des opioïdes : un nouveau comité de médecins interpelle le gouvernement albertain

En Alberta, 1152 personnes sont mortes d'une surdose d’opioïdes en 2020, et 576, du début de janvier à la fin de mai 2021.

Une trousse d'injection de naloxone.

Le comité invite les Albertains à se renseigner sur comment obtenir une trousse de naloxone et apprendre à l'utiliser.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

L'Association du personnel médical de la zone d'Edmonton, souvent très critique à l'égard des politiques du gouvernement de Jason Kenney, a mis sur pied un comité qui présentera des recommandations pour lutter contre la crise des surdoses aux opioïdes en Alberta.

Notre urgence a vraiment constaté une augmentation du nombre de surdoses, mais aussi que celles-ci sont plus sévères et nécessitent une plus grande quantité de naloxone pour les soigner, explique la Dre Jaspreet Khangura, qui travaille aux urgences de l’Hôpital Royal Alexandra d’Edmonton.

Elle est l’une des membres du nouveau comité dont l’objectif sera de sensibiliser le public et d’offrir des recommandations basées sur la recherche scientifique pour s’attaquer à la crise des opioïdes.

Le nombre de surdoses mortelles a doublé en Alberta depuis le début de la pandémie. Les médecins membres du comité et plusieurs groupes communautaires présents sur le terrain expliquent cette rapide dégradation de la situation par l’imprévisibilité des drogues vendues illégalement.

Les utilisateurs de drogues ne savent souvent pas si celles-ci contiennent des substances comme le fentanyl, ni en quelle quantité.

Même si elles ne sont pas mortelles, les surdoses mènent souvent à de graves problèmes de santé en raison, par exemple, d’un manque prolongé d'apport d’oxygène au cerveau.

Le groupe de médecins dénonce le manque d’attention donné à cette crise par le gouvernement provincial, de même que la décision de celui-ci de faire fermer plusieurs centres de consommation supervisée.

Le fait de savoir qu’on est au milieu d’une bataille, mais qu’on ne dispose pas des ressources nécessaires pour la mener est démoralisant, ajoute la Dre Khangura.

Les surdoses dans l’ombre de la COVID-19

L’Association du personnel médical de la zone d'Edmonton, qui existe depuis une dizaine d’années, avait lancé un comité similaire pour dénoncer le manque d’action du gouvernement albertain face à la pandémie de COVID-19. Ce comité a été dissous depuis.

Le rôle des médecins, c’est de soigner leurs patients, mais aussi de défendre leur intérêt sur la place publique, explique le Dr Darren Markland, qui travaille à l’unité des soins intensifs de l’Hôpital Royal Alexandra. Quand les informations sur la pandémie ont commencé à être moins exhaustives, c’est un groupe de médecins comme le nôtre qui a fait pression sur le gouvernement pour corriger la situation.

Darren Markland

Darren Markland croit que la réponse du gouvernement provincial à la crise des surdoses est inadéquate.

Photo : Radio-Canada / Peter Evans

Le comité promet de présenter des recommandations concrètes d’ici la fin de l’année. Il se penchera notamment sur des mesures comme la décriminalisation et la production de médicament de remplacement pour les drogues vendues dans la rue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !